[AU] Partie du 30 juin 2021 - N°40 - 8 Norui 1640

Campagne dans les Terres du Milieu

[AU] Partie du 30 juin 2021 - N°40 - 8 Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Sam 24 Juil 2021 17:24

Le 8 de Norui de l'An 1640

Astatur et Oërlis sortent alors du chariot l'arbalète à la main pour l'un et l'arc à la main pour l'autre. Astatur vient s'installer à proximité des blessés, l'arbalète chargée avec un air menaçant. Oërlis s'installe plus loin et observe le campement et les alentours, l'arc à la main.

Fànaviryan passe en revue les deux brigands gravement blessés, mettant à l'écart leur arme. Les deux blessés sont à genoux. L'elfe sort sa lame, déchire leurs vêtements et les attachent les mains dans le dos. Puis lorsqu'elle a fini la fouille, elle commence à chanter pour tenter d'apaiser les prisonniers. La voix est hésitante, Fànaviryan cherche ses mots en Sindarin mais arrive à lancer une chanson qui va inquiéter les prisonniers ne comprenant pas le sens, se demandant ce que l'elfe va accomplir par la suite. Il trouve sur le premier prisonnier 5 pièces d'argent.

Pendant ce temps, Selenia et Daëgon viennent soigner les deux blessés. La dunéenne met du temps à sortir le carreau d'arbalète, l'homme souffre, le sang s'écoule de la poitrine mais elle parvient, après plusieurs minutes de soins, à arrêter l'hémorragie et à prodiguer les premiers soins. Daëgon a pris du temps, moins expérimenté que Selenia, il parvient, toutefois, à réaliser les soins nécessaires.

Tirash s'occupe du blessé léger en lui entravant les mains et il vient ensuite l'attacher au chariot d'Astatur à côté de ses trois autres brigands. Il récupère les 4 pièces d'argent qu'il possédait.

Après les soins, Fànaviryan amène les deux blessés à côté de l'autre prisonnier et ils sont, tous les deux, attachés au chariot. Tirash en profite pour récupérer de la viande séchée, du pain de route et un peu de fromage pour manger, n'ayant pas eu de repas dans la soirée. L'elfe va ensuite faire un tour autour du campement. Elle vérifie dans les herbes si le dernier brigand ne s'est pas caché mais les environs semblent très calmes.

Après une pause de vingt minutes, Astatur propose aux quatre compagnons de faire un point avant leur arrivée sur Metraith et leur pose la question :
- "Comment vous envisagez pour cette nuit avec tous les gars que l'on a là ?"
- "Là, ligotés comme ils sont, ils ne peuvent pas bouger mais je crois qu'il faut que l'on reste vigilants, on ne sait jamais si l'autre revient ou s'il revenait, encore, avec d'autres comparses mais bon, je crois qu'ils ont compris le message." indique Tirash.
- "On en a trois qui ont les yeux bandés, qui n'entendent pas trop et qui sont enchaînés. Il faut que l'on fasse parler celui qui est moins blessé." analyse Fànaviryan.
- "Pour les deux qui sont blessés, on les installe où pour la nuit ?" demande Astatur.
- "Ils ne bougent pas, ils restent comme ça. On ne va pas leur offrir une tente en plus. On va doubler la garde." propose Fànaviryan.
- "On verra bien s'ils arrivent à passer la nuit.." indique Selenia.
- "Vous êtes septique ?" demande Astatur.
- "... Vous les avez bien amochés quand même..."
- Astatur montre son arbalète et indique : "Elle est efficace !! Écoutez, je vous laisse gérer ça. Est-ce que l'on pourrait se retrouver d'ici un petit quart d'heure, un peu à l'écart du campement. Je pense qu'Oërlis devrait pouvoir gérer la surveille de ce petit monde pour faire un petit point avant d'arriver à Metraith."
- "Entendu" répond Selenia.

Astatur retourne dans son chariot en attendant. Tirash et Daëgon vont soulager leur vessie puis ils viennent récupérer le brigand légèrement blessé et l'écartent du campement. Tirash fait un clin d'œil à Fànaviryan pour qu'elle rejoigne ses deux compagnons. Le brigand n'est pas rassuré d'être mis à l'écart puis demande :
- "On va où là ?"
- "Ça fait longtemps que vous traînez dans la région ?" demande Tirash.
- L'homme reste regarder Tirash avec de grands yeux et lui dit "Vous me voulez quoi là ?"
- "On veut juste savoir ce que tu sais. Ça fait longtemps que vous traînez dans la région ?"
- "Je ne sais pas grand chose, moi..."
- Tirash réagit aussitôt en lui collant une claque au travers du visage.
- L'homme est surpris, recule et répond : "Oh, oh, on se calme !! Oh oh... Vous me voulez quoi là ?"
- "Ton nom !" demande Fànaviryan en le bousculant de nouveau.
- "Mirlin..." répond l'homme.
- "Alors, Mirlin, raconte-nous un peu ce que vous faites ou ce que vous avez fait ?" demande Tirash.
- "Comment ça ?"
- Tirash décoche une nouvelle claque.
- "Ah, ah... On... on... voyage..."
- "Oui, c'est ça !!! Nous, on voyage et on n'embête pas les gens. Pour vous, ça n'a pas l'air d'être le même principe..." répond Daëgon agacé.
- "Il faut bien que l'on vive... On protège les gens en leur demandant un peu de sous. Des fois, les gens refusent et donc on est obligé de leur prendre des sous. Nous, l'idée est que les voyageurs aient des ennuis et on veut les protéger et..." répond Mirlin.
- "C'est ça, la sécurité !!! Bien sûr..."
- "Souvent, ils ne veulent pas de nous donc on force un peu la main quoi !!!"
- "Soit vous rançonnez, soit vous volez et vous tuez aussi ?" demande Fànaviryan.
- "Oh non !! On ne tue pas nous..."
- "Vous venez de quelle région ?" demande Daëgon.
- "Par ici..."
- "Non, non, tu es né où ?" demande Daëgon.
- "À Metraith."
- "Et vous avez du monde encore à Metraith, encore ?" demande Tirash.
- L'homme réfléchit quelques secondes puis se prend une nouvelle claque plus violente que les autres qui vient lui ouvrir l'arcade sourcilière puis répond : "Non, non !! Mais arrêtez."
- "Si tu veux te réveiller demain matin, il va falloir causer un peu plus correctement." menace Tirash.
- "Oui, oui, c'est bon ! C'est bon ! C'est bon ! Je vous dirais tout !! Arrêtez. Mais vous êtes qui ? Vous nous voulez quoi ??"
- "Ils sont où tes comparses ?" demande Tirash au moment où Fànaviryan lui en colle une nouvelle claque sur la tempe qui le sonne.
- L'homme est confus pendant quelques secondes. Il met ses mains devant lui en suppliant : "Arrêtez, arrêtez !!"
- Tirash se rapproche de lui et lui chuchote à l'oreille : "Bon, écoute, maintenant, tu vois, on est à bout de patience, on a envie d'aller se coucher, alors, tu nous racontes, ton chef, il est où ?"
- "D'accord, d'accord." L'homme regarde autour de lui.
- Tirash lui dit alors : "Les autres ne t'entendent pas, vas-y !"
- "Il s'est enfui là."
- "Et le chef de ton chef ?"
- "Non, il n'y a que Kalistar."
- "Et Kalistar, il fait des affaires avec qui à Metraith ?" demande Fànaviryan.
- "Avec quelques types, essentiellement la communauté des dunéens."
- "Ben voilà !" répond Daëgon.
- "À quelle auberge, se retrouvent-ils souvent ?" demande Fànaviryan.
- "Nos contacts sont à la Vache Enragée. On ne va pas trop à la Colline, la cité des Dunéens. Après, on est sur les routes, on gagne notre vie en essayant de repérer quelques voyageurs isolés puis on leur dérobe ce qu'ils ont et puis on les relâche. On n'est pas des tueurs non plus... mais il faut bien que l'on vive." puis l'homme se met à la main sur l'arcade sourcilière, sans doute une douleur qui le relance.
- L'Elfe tape du sol avec son pied en signe de désapprobation.
- Tirash regarde alors ses deux compagnons en relevant ses sourcils demandant du regard s'ils ont d'autres questions.
- Daëgon intervient et demande alors : "Vous êtes combien dans votre bande ?"
- "Ca dépend, des fois, on arrive à recruter certains. Parfois, certains compagnons sont dans les geôles pour quelques vols et d'autres qui se sont enfuis, nous sommes jamais un nombre précis."
- "Non, mais, en gros..."
- "Une petite dizaine. Là, on rejoignait nos camarades qui étaient..." répond Mirlin en comptant sur ses doigts "dix".
- "C'est les gars qui sont là-bas ?" demande Tirash en pointant du doigt les trois brigands attachés.
- "Ouais, ouais. C'est pour ça que l'on vous a suivi. On voulait libérer nos compagnons."
- "Ah bah, parce qu'il reste que ces trois-là... Tous les autres, ils sont partis en flamme, les uns sur les autres comme des bêtes" répond froidement Fànaviryan.
- L'homme réagit aux propos de l'elfe et semble se décomposer, ses jambes commencent à trembler puis il tombe à genoux et commence à pleurer.
- "Maintenant réfléchit bien à ceux qui peuvent t'aider et tu me diras leur nombre tout à l'heure."
- L'homme regarde en direction des prisonniers puis en direction de l'elfe essayant de mesurer les propos de l'elfe.
- Voyant que l'homme ne parle plus, Tirash hausse, de nouveau, les sourcils en regardant ses deux compagnons qui lui font signe qu'ils n'ont plus de question.

Tirash relève l'homme et vient l'attacher là où il était au départ. Il regarde bien les trois brigands lorsqu'il passe à côté d'eux. L'homme se laisse faire, abattu par l'échange qu'il a eu.

Pendant cet interrogatoire, Astatur est venu voir Selenia et lui demande en voyant le brigand se faire frapper par Tirash et Fànaviryan :
- "Tu sais ce qu'il se dit là-haut ? Ouch !! Il y a un qui se fait malmener là-bas."
- "Il n'a pas dû comprendre qu'il fallait parler..."
- "Elle est en furie la grande !!"
- "Hé oui..."
- "Je reconnais bien là son tempérament à cette chère Fànaviryan."
- "Un tempérament fougueux ! "
- "C'est cela même, j'aime ça" répond Astatur avec un regard lubrique en direction de l'elfe puis le marchand se reprend : "j'ai bien hâte d'arriver à Metraith."
- "Hé oui et nous aussi !!"
- "Est-ce qu'il serait possible, demain soir, lorsque nous serons à l'auberge, que vous puissiez venir me voir."
- "Les douleurs du voyage ?"
- "Oui, oui !! J'aurais bien voulu que vous puissiez venir un peu me détendre. Enfin, je pense que j'irai, d'abord, de détendre un peu avant cela" indique Astatur avec, de nouveau, un regard lubrique.

Le marchand va, ensuite, retourner dans son chariot et va en ressortir avec une bouteille et cinq verres. Il va inviter les quatre compagnons à le rejoindre à une dizaine de mètres du campement, dans la plaine et va s'asseoir invitant tout le monde à en faire autant et va, ensuite, servir un verre à chacun. Puis l'elfe lève son verre et annonce :
- "À nos prises de plus en plus vives !!"
- Astatur lève également son verre et indique : "Je vous remercie d'avoir été présents. Je tenais vraiment à vous remercier même si le voyage n'est pas terminé. Au regard des péripéties qui se sont déroulées jusqu'à maintenant, je voulais vous remercier et vous dire que j'avais toute ma confiance. Suite à tous les évènements qui se sont déroulés sur la route, l'éloge que l'on avait pu me faire de vous est tout à fait justifiée."
- "Merci" répond Daëgon.
- "Et je ne manquerais pas, par la suite, de pouvoir en faire de même."
- "Oui, n'hésitez pas à nous faire de la publicité !" lui confirme le Dùnedain.
- "Oui, je n'hésiterais pas à en référer, à ce propos, au Roi, Argeleb II."
- "Vous connaissez le roi ?"
- "Je ne vais pas dire que je le vois tous les jours mais il m'arrive, en effet, de temps en temps, de m'entretenir avec lui, en particulier, lorsque les faits sont suffisamment importants pour que le Roi soit averti en direct, entre autre, lorsque les informations ont un rapport avec des mouvements d'armée d'Angmar."
- "Et, c'est ce pourquoi je tiens à vous dire que vous pouvez nous faire confiance. Nous avons un oeil affûté sur Golasgil et, pour l'instant, rien ne nous a amené à trouver quoi que ce soit de compromettant mais et nous y veillerons au grain." répond Fànaviryan.
- "Vous pensez que Golasgil pourrait avoir affaire avec les forces d'Angmar ?" demande Astatur.
- "Oh non, que nenni. C'est un bon commerçant et c'est, justement, grâce à lui que nous avons pu visiter la Comté et allons pouvoir aller à ses côtés veiller aux frontières de l'Arthedain."
- "À ma connaissance, le trafic qu'il peut faire, n'a rien à voir avec des relations concernant le Roi-Sorcier..."
- "Ah non, non ! Du tout, du tout... Et il a les mêmes que vous avec votre arbalète, c'est tout, ça ne va pas plus loin. C'était histoire de pouvoir de vous renouveler notre fidélité ceci au bout d'une semaine de périples. Devons-nous faire garde rapprochée Daëgon et moi-même pour vous protéger dans l'enceinte de ces murs ou imaginiez-vous un autre scénario ?"
- "Ce à quoi je pensais initialement jusqu'à ce que Tirash évoque d'autres hypothèses, était que vous puissiez m'accompagner et, éventuellement, me protéger si des forces hostiles venaient à m'attaquer lorsque nous allions rencontrer un éventuel espion ou, en tout cas, un contact qui aurait des informations sur les forces d'Angmar."
- "Vous avez donc un contact."
- "Oui. Disons que j'en ai plusieurs des contacts sur Metraith."
- "Et, est-ce que vous avez déjà entendu parler d'un certain Kalistar ?" demande Tirash.
- "Non." répond Astatur.
- "Et d'une auberge dunéenne à la Viande Avariée..." demande Fànaviryan.
- "La Vache Enragée" précise Tirash.
- "La Vache Enragée ?"
- "Oui parce qu'apparemment, d'après ce que nous a dit le gars tout à l'heure, ils sont une petite bande, une dizaine, je soupçonne qu'ils soient un peu plus que ça et donc, ils fréquentent la Vache Enragée régulièrement et ils ont des contacts là-bas. On n'a pas bien compris ce qui se disait là-bas mais, apparemment, il y a un groupe un peu organisé quand même autour de cette bande de dunéens."
- "Oui, oui, en effet, vous verrez lorsque nous entrerons dans la ville, vous avez, en effet, à l'entrée de la ville, ce que l'on appelle la Colline qui est située sur les hauteurs nord de la ville et qui est aussi nommée la Cité Dunéenne. Les Dunéens" et Astatur se tourne vers Selenia, "je ne veux pas vous mettre dans le même panier, mais ils se mettent un peu à l'écart, et forcément, certains trafics s'opèrent là-bas."
- "Mais cela tient plus des hommes que des femmes, fort heureusement" annonce Fànaviryan.
- "Après, j'ai peu de contact avec eux. Je sais qu'il y a plusieurs clans qui sont présents à Metraith, des clans originaires du Pays de Dun."
- "Et qu'est-ce que vous en pensez, Astatur si on se pointe à Metraith avec notre petite compagnie ? Vous pensez que ça va faire des vagues ou pas ?" demande Tirash.
- "Oui, ça fera des vagues. Après, ça fera des vagues dans le sens où on va livrer aux autorités. Pour les autorités, d'ailleurs, il faut bien que vous compreniez ce qui ce joue à Metraith. L'autorité principale est la Milice mais vous avez, également, une compagnie de mercenaires qui, depuis dix ans, contrôle la sécurité à l'intérieur de la ville."
- "C'est peut-être bien eux qui rackettent les Hobbits, non ?"
- "Je ne sais pas. Cette compagnie de mercenaires se fait appeler les Frères de la Mort. De ce que j'en sais des Frères de la Mort, se sont des guerriers plutôt aguerris au combat. Metraith est un carrefour. Si vous souhaitez aller vers l'Arthedain et que vous venez du sud, vous devez passer par Metraith. Si vous voulez aller vers la Comté, vous passez par Metraith. De nombreux conflits sont engagés dans le Cardolan et plusieurs compagnies de mercenaires y sont présentes. Depuis dix ans, le Seigneur de Metraith, Hallas, avait engagé, ce qui avait un peu surpris tout le monde, cette compagnie de mercenaires. Vous avez donc la milice locale qui est présente mais en place de cette force, vous avez les Frères de la Mort ce qui tend à créer des conflits parce qu'ils ont les mêmes compétences que la Milice mais, par contre, en terme de salaires, ce n'est pas la même chose et sont, en théorie, plus compétents que les Miliciens parce que ces derniers sont recrutés parmi la population locale. Vous avez, par ailleurs, des forces armées qui peuvent être, plus ou moins, présentes sur Metraith. Vous avez, au sud du Cardolan, une région qui est contrôlée par, ce que l'on appelle, le Seigneur de Guerre. On ne sait pas trop qui sait ce Seigneur de Guerre mais, c'est clair que j'aimerais bien en savoir un peu plus. Personnellement, je m'interroge sur ses relations avec le Roi-Sorcier. On ne sait pas les relations qu'il entretient avec le Roi-Sorcier. En tout cas, il agit à l'intérieur du Cardolan et Metraith essaye d'agir pour, justement, faire front contre ce Seigneur de Guerre."
- "Concernant nos sept lascars, on risque de mettre en péril votre objectif à Metraith ou pas ?" demande Tirash.
- "Il vaudrait mieux que ça soit la Compagnie de l'Aurore Ecarlate qui rend ces hommes à la Milice ou l'autre comme vous l'exprimez." propose Fànaviryan.
- "Comme vous l'exprimez la Compagnie de l'Aurore Ecarlate peut rendre ces hommes à la Milice. Ils seront jugés et il y a de grandes chances qu'ils soient fortement sanctionnés avec les charges que vous avez."
- "Oui : viols, vols, meurtres." annonce Fànaviryan.
- "Clairement, ils seront pendus... Pour qu'on soit bine au clair, moi, je viens officiellement à Metraith pour renégocier des livraisons de vins. J'ai des liens avec un marchand de vin du Gondor qui s'appelle Astaldo. Je ne pense pas qu'il soit sur Metraith en ce moment. Je n'en suis pas vraiment persuadé, je n'ai pas pris contact avec lui. En tout cas, il me sert de couverture pour des négociations de vins."
- "Et vous pouvez nous donner le prix d'une barrique de vins pour nous donner une couverture ?" demande Fànaviryan.
- "Après, on peut rester sur le fait que vous êtes des mercenaires que j'ai engagé pour ma sécurité."
- "Si nous nous délestons de quelques braconniers, nous aimerions, peut-être, ramener une barrique de ce bon vin." propose Fànaviryan.
- "De toute façon, nous serons moins chargés au retour avec les brigands en moins. Je ne sais pas si Astaldo a actuellement des réserves sur Metraith..."
- "Vous devez avoir accès à sa cave."
- "Non, je n'ai pas accès à sa cave directement mais disons que je peux négocier avec lui pour qu'il puisse nous livrer du vin du Gondor. Je connais un petit vin de l'Ithilien fruité qui passe très bien en bouche..."
- "Allez, remets une rasade." demande Fànaviryan en tendant son verre vide.
- Astatur reprend sa bouteille et verse de l'eau de vie à l'elfe. Tirash se contente de boire doucement puis il reprend :"Moi, ce que je viens de vous expliquer, c'est ma couverture mais mon objectif principal qu'évidemment, je vous demanderai d'être prudent sur ces informations, est que je viens de voir l'un de mes contacts sur Metraith, Hrefn, est un jeune homme que vous devriez voir à l'entrée de la ville. Il est, en effet, prévu qu'il m'attende à l'entrée de Metraith. Il s'agit de mon contact principal. J'ai une entière confiance en lui ce qui est la seule personne sur Metraith. Il connaît mon identité, ma profession et mes objectifs sur Metraith et c'est donc la seule personne dans cette ville en qui j'ai confiance."
- "C'est votre seul lien royal..." intervient Fànaviryan, le verre à la bouche.
- "Si ce n'est que ce jeune homme est originaire de Metraith, enfin, réfugié d'un village non loin de là, que j'ai recueilli étant très jeune, mendiant à l'époque et toujours aujourd'hui. Il s'agit de sa profession. Ne vous inquiétez pas, il a largement de quoi subvenir à ses besoins mais rien de tel qu'un mendiant parmi tant d'autres pour que la population locale ne le repère pas. En tout cas, il passe totalement inaperçu. Hrefn a eu des informations et a pu entrer en contact, non pas directement mais je vous passe les détails, avec un dunéen qui aurait eu vent de l'histoire qui s'est passée où vous aviez été plus ou moins victimes, il y a, à présent, deux mois de cela avec les fameux plans des troupes de l'armée de l'Arthedain."
- "Que nous vous avons récupéré et, officiellement, avons récupéré votre livre de compte."
- "C'est tout à fait ça ma très chère Fànaviryan. Hrefn a réussi à avoir un contact et, à priori, un dunéen, du nom de Vortërix, aurait des informations sur les commanditaires de cette attaque. Hrefn doit pouvoir me mettre en contact avec ce personnage. L'idée principale de ma venue ici est de pouvoir rencontrer Vortërix et qu'il puisse me donner les informations qu'il possède sur les commanditaires et potentiellement des espions d'Angmar. On est persuadé que sur Metraith, il y a des espions d'Angmar, c'est une certitude comme il y en a un peu partout que ça soit à Fornost ou à Bree, il y a de grandes chances que les forces d'Angmar soient présentes. Là, on devrait pouvoir tirer un fil, c'est ça l'idée."
- "Mais pour ça, vous allez pouvoir compter sur nos habilités, il suffit que... Tirash qu'est-ce que tu penses de l'idée de porter un de ces jours de l'anneau que l'on a trouvé dans la Forêt Noire ? Que ça soit Astatur ou Tirash qui le porte, ça pourrait porter à confusion Vortërix pour en apprendre un peu plus." propose Fànaviryan.
- "C'est un peu risqué quand même parce qu'on pourrait être vite démasqué à la première question..." analyse Tirash.
- "Oui mais toi, tu as eu une expérience lointaine mais assez proche pour savoir." indique Fànaviryan.
- "Alors, moi, mon idée première, était que..." commence Astatur.
- "À le choper et le faire parler !!" lance Fànaviryan.
- "Non qu'on entre tous ensemble sur Metraith. D'ailleurs, ma chère Fànaviryan, je pense que vous allez être assez enthousiaste que je vais vous dire où nous allons nous arrêter. J'ai un établissement où on y mange bien, on y dort bien, on est bien reçu. On sera bien installés, ça sera notre camp de base et l'établissement s'appelle la boucle d'oreille en Mithril."
- "Hum !!!" répond l'Elfe.
- "Un beau programme, n'est-ce pas ?"
- "Tout à fait si nos cargaisons, nos chariots sont bien gardées et à l'abri."
- "Oui, à l'auberge, il y a tout ce qu'il faut. En général, Oërlis s'y installe lorsqu'il y a besoin."
- "Et là, nous aurons les Hobbits."
- "Oui, tout à fait et par rapport à cela, il faudra que l'on voit ce que l'on prévoit par rapport à eux."
- "Oui, ce qui vous en coûte nous en coûtera également."
- "Après la question est de savoir comment on arrive à Metraith. Tirash votre idée première m'avait interrogée et pourquoi pas, en effet, y entrer tous ensemble. Dans quel but ? Dans quel objectif ? Comment vous voyez les choses ? Là-dessus, je souhaiterais pouvoir vous entendre. Comment vous voyez l'entrée en sachant que les villes aux alentours ont été détruites, sachez bien que le Seigneur Hallas, a mis en place des forces au sein de la ville relativement importantes que ça soit les gardes, la milice et les forces armées. Il y a un élément qu'il faut que vous sachiez, il pourrait y avoir très prochainement une instabilité sur Metraith par rapport au seigneur local. Le seigneur Hallas a, aujourd'hui, un peu plus de cent soixante ans. Un âge assez conséquent pour un seigneur local qui n'a plus d'enfants vivants. Son petit-fils et arrière-petit-fils sont en lice pour reprendre le flambeau. De ce que j'ai pu comprendre, il commence à y avoir des enjeux et des intérêts à la prise de pouvoir sur Metraith. Donc, en ce moment, chacun essaye de tirer la couverture à lui. Et à ce petit jeu là, et j'ai eu l'occasion de rencontrer l'arrière-petit-fils, qui semble être assez ouvert et semble intéressant dans son approche mais il ne devrait pas, en théorie, être celui qui devrait accéder au pouvoir à la mort du seigneur Hallas. Malheureusement, le petit-fils qui doit le succéder, n'a pas la carrure pour reprendre le pouvoir. Je crains que cette prise de fonction ne déstabilise la région là où on aurait besoin de forces bien présentes et stables. Je suis donc assez inquiet par rapport à l'âge avancé du seigneur Hallas. Cet élément est important d'avoir en tête lors de notre arrivée. Je ne dis pas non plus qu'il y aurait une guerre civile sur Metraith, les forces étrangères et entre autre, les forces du Roi-Sorcier joueraient là-dessus pour créer des points de tension et il n'y aurait pas grand chose pour créer l'étincelle qui amènerait Metraith à s'enflammer. Et autant dire que les forces d'Angmar profiteraient de l'occasion ou comme ce qui a pu se passer à Andrath, les Hommes des Collines pourraient en profiter pour attaquer la ville. Et si Metraith tombe, autant dire que la route pour le Gondor serait quasiment perdue."
- "Ce qui nous arrangerait pas car on doit l'emprunter bientôt. Donc, nous n'allons pas faire de bêtises dans la ville." conseille Fànaviryan.
- "C'est important que vous ayez connaissance de ces éléments là. Sachez, en tout cas, que le pouvoir actuel peut vaciller à tout moment."
- "Au regard du développement actuel et du fait que l'on ait capturé des gens, je me dis ça pourrait être pas mal et pour ne pas que vous attiriez l'attention que, peut-être, nous, on arrive en tant que Compagnie de l'Aurore Ecarlate avec nos prisonniers et que l'on se retrouve par hasard, un peu plus tard, au même endroit, non ?" propose Tirash.
- "Ca peut, en effet, être le cas. Le point de chute pourrait être l'auberge de la Boucle d'oreille en Mithril."
- "Oui" répond Tirash.
- "Oui, tout à fait !" répond Fànaviryan.
- "Je connais bien le patron. Donc, c'est quelqu'un de confiance, un peu rustre mais, là-dessus, je n'ai pas trop de soucis."
- "D'accord. Et on fait semblant de ne pas se connaître ou on se retrouve normalement ?" questionne Tirash.
- "Comme si la Compagnie avait été convoquée pour le retour par exemple, ça peut permettre de nourrir la légende." propose Fànaviryan.
- "Tout dépend si vous voulez que l'on essaye de trouver des informations de notre côté, ça peut-être ça aussi mais, dans ce cas-là, si on est identifié comme étant avec vous, ça va être compliqué de chercher les informations. Je ne sais pas ce que les gens savent de votre présence." questionne Tirash.
- "Moi, ça m'arrive régulièrement de venir ici en tant que marchand."
- "Votre couverture est bonne."
- "Là-dessus, je n'ai pas trop de soucis."
- "Après, on peut très bien escorté des marchands, ça nous pose pas de soucis, non plus." analyse Selenia.
- "On peut escorter Astatur à l'entrée de la ville à la rencontre de Hrefn et leur côté, Daëgon et Tirash peuvent gérer les prisonniers, les livrer et on se retrouve après." propose Fànaviryan.
- "Deux pour sept, je ne suis pas hyper motivé. Pour peu qu'ils ont des comparses qui nous tombent dessus... C'est peut-être bien que l'on soit un peu plus que deux." réagit aussitôt Tirash.
- "C'est vrai. Après, on va être de jour." indique Fànaviryan qui est coupée par Astatur qui indique :
- "Ah oui, ce que je ne vous ai pas indiqué parce que, de temps en temps, ça m'arrive d'aller le voir. Il arrive que le fils aîné du roi de l'Arthedain, Argevil, passe, de temps en temps, à Metraith. J'évite d'aller le rencontrer trop régulièrement mais en tant que marchand, il m'arrive de pouvoir lui rendre visite. De temps en temps, on peut avoir cet allié là en cas de besoin. Il vit essentiellement sur Tharbad mais ça lui arrive sur Metraith ayant une villa dans les beaux quartiers. Alors demain soir, je vais être assez peu présent avec vous, après, vous allez me dire comment vous souhaitez que l'on envisage notre arrivée sur Metraith mais je vous préviens que je vais aller voir un vieil ami sur Metraith qui tient un établissement où je vais régulièrement."
- "C'est quel genre d'établissement ?" demande Daëgon.
- "Hum, un..."
- "Allez, ne soyez pas timide..."
- "Un établissement de plaisirs..."
- "Un bordel quoi !!"
- "Ah ! De luxe, de luxe !! D'ailleurs, c'est dans cet établissement que j'ai pu croiser l'arrière-petit-fils du seigneur Hallas. Comme quoi, on peut faire de belles rencontres dans des endroits de plaisir et comme quoi ça me semble être un homme avec de bons principes."
- "J'imagine que vos femmes ne sont pas toujours avec des robes du soir dans votre établissement." demande Fànaviryan.
- "Femmes, hommes, jeunes hommes, jeunes femmes, tous les plaisirs sont possibles là-bas... Tout seul ou à plusieurs, en tout cas, le maître des lieux connaît parfaitement le goût de ses hôtes et sait parfaitement répondre à tous les plaisirs." annonce Astatur avec un large sourire et ajoute : "Je vous avouerai que j'ai bien hâte d'arriver à Metraith ce qui veut dire aussi que vous aurez un peu de temps entre vous à la Boucle d'oreille de Mithril pour vous reposer et nous pourrons, dès le lendemain, nous atteler à la tâche."
- "Vous avez des contacts à Metraith, des commerçants chez qui on pourrait revendre tout notre barda ?" demande Tirash.
- "Oget devrait pouvoir me donner ce genre d'informations."
- "D'accord, si on veut y arriver à Metraith, il faudrait, peut-être, que l'on aille se coucher. On fait comment alors pour l'arrivée ?" demande Tirash.
- "Moi, je pensais pour la garde de cette nuit : trois fois deux heures. Parce qu'il est un peu plus de vingt-deux heures et que tout le monde se réveille à quatre heures du matin, ça fait trois fois deux heures."
- "Ah oui, peut-être, une petite dernière chose qui pourrait vous être utile. Je pense à cela car à chaque fois, Oërlis est agacé par ces méthodes des Frères de la Mort... Sachez que toutes vos armes seront confisquées à l'entrée de la ville."
- "Y compris des coutelas ?" demande Selenia.
- "Oui, y compris des coutelas. Tout doit être stocké dans le fortin de l'entrée de la ville."
- "On va planquer ça dans les cargaisons puis on ne déclarera pas ça à l'entrée. Non !" annonce Fànaviryan.
- "Il y en a qui doivent planquer ça dans des chariots ?" demande Daëgon.
- "Je ne sais pas, je voulais vous prévenir."
- "Justement, par rapport à la prévention, est-ce qu'il y a des gens qui ont planqué des armes dans des chariots et qui se sont faits chopés ?" demande Daëgon.
- "Là, on va arriver avec une quinzaine de coutelas que l'on a pris aux brigands ainsi que les armes d'orques, que l'on va avoir dans le chariot." indique Fànaviryan.
- "Il n'y a pas d'armes à vendre en ville ?" demande Tirash.
- "Si, si, bien sûr." répond Astatur.
- "Si on achète une arme en ville, on se retrouve armé." demande Astatur.
- "Disons qu'il ne faut pas se faire attraper avec une arme. Après, je vous avoue que je ne maîtrise pas toute la règlementation par rapport à cela. Il me semble que, dans ces cas-là, il y a la possibilité, via escorte, de revendre vos armes."
- "En même temps, on est une compagnie d'escorte, qu'est-ce qu'on va pouvoir faire sans armes !!" s'insurge Daëgon.
- "Après, maintenant que vous le dites, les compagnies de mercenaires qui sont installées en ville, se baladent armées."
- "Comment voulez-vous que l'on puisse assurer votre sécurité si l'on vous confisque vos armes !! Ca va être compliqué..." relance Daëgon.
- "Surtout que l'on arrive avec un beau cadeau !" indique Tirash.
- "Oui, là-dessus, vous n'êtes pas déclarés en tant que Compagnie de mercenaires sur Metraith."
- "On pourra faire la demande en même temps, je pense que la demande devrait être acceptable vue la prise que l'on a faite." indique Fànaviryan.
- "Mais ça veut dire qu'il faudra voir ça avec les Frères de la Mort."
- "Parce que c'est eux qui font l'autorité ??" interroge Daëgon.
- "C'est, c'est tout le paradoxe de Metraith, la Milice contrôle la ville, mais si vous voulez rentrer avec des armes, vous avez un premier contrôle qui est réalisé par les Miliciens qui vont, sans doute, vous laissez entrer. Par contre, les Frères de la Mort vont vous confisquer tout le matériel militaire que vous pourriez avoir."
- "Et il n'y a pas moyen d'avoir un sauf-conduit pour aller vendre des choses ?" demande Tirash.
- "Là, je maîtrise moins le sujet, il faudra négocier directement avec les Frères de la Mort." indique Astatur.
- "Est-ce que l'on va vendre toutes les armes ou l'on va garder pas mal de choses pour notre prochain voyage ?" demande Selenia.
- "Les armes, les armes : un carquois et des flèches, une épée large de bonne facture récupérée par Daëgon, l'écu avec des motifs, dix coutelas." annonce Tirash.
- "À priori, l'écu, on va le rendre." propose Selenia.
- "Ah oui, effectivement." répond Tirash.
- "Je pense qu'il va falloir que vous puissiez faire des démarches avec les Frères de la Mort pour vous déclarer en tant que compagnie de mercenaires. Ce qui veut dire que si vous arrivez à faire les démarches, si vous êtes déclarés en tant que tel, vous aurez alors la possibilité d'être armés en ville."
- "Excellent !!" répond Fànaviryan.
- "En effet, vous pouvez avec cette déclaration, ouvrir une échoppe en ville, recruter des mercenaires, vous faire recruter par des marchands, caravaniers qui recherchent des professionnels. Après, la concurrence semble bien présente avec également les passeurs. De nombreuses personnes profitent des réfugiés pour gagner de l'argent. Vous avez, en particulier, des petites gens qui essayent de se réfugier dans la Comté sauf que, et vous l'avez bien vus, nos malheureux Hobbits recueillis, ont subi bien des sévices."
- "Hé oui, malheureux étaient ceux qui partaient sans accompagnement ou sans avoir payé protection et ça fait toujours parti des mêmes rançonnements, on va dire." annonce Fànaviryan.
- "Disons que vous avez des personnes qui travaillent autour de cette misère et qui sont des passeurs. Vous avez également en ville plusieurs compagnies de mercenaires. Ces compagnies ont de bonnes réputations. Je ne vous cache pas que vous allez aussi créer de la concurrence et que ça ne va pas forcément être bien vu. Et qu'il y a aussi des passeurs qui exercent leur métier dans le fait d'amener les réfugiés en Comté, en Bree ou en Arthedain. Moi, mon objectif premier est d'arriver sain et sauf à Metraith et là, nous y sommes presque... Demain, en fin de journée, selon toutes vraisemblances, nous devrions arriver en ville. Moi, rapidement, j'irai me détendre. Je ferais en sorte que Muelfrid vous offre un bon repas à la Boucle d'oreille de Mithril. Et puis, soit le soir même, soit le lendemain en fonction des informations que Hrefn nous donnera, nous pourrons alors nous mettre en recherche de notre cher Vortërix. Qu'en dites-vous ?" demande Astatur.
- "Parfait" répond Fànaviryan.
- "Nous n'avons pas statué. Nous arrivons séparément ? Comme on a dit, on se retrouve à la Boucle d'oreille de Mithril ? Et puis nous, on va négocier avec les Frères de la Mort pour pouvoir entrer avec nos armes. Je vous rappelle que j'ai fabriqué une petite cachette sous le chariot où on peut planquer quelques dagues, ce genre de choses." indique Tirash.
- "Bien vu mon cher Tirash." répond Astatur.
- "On peut escorter Astatur jusqu'à l'entrée et on peut voir comment ça se passe, un avec la Milice et deux avec les Frères de la Mort." propose Fànaviryan.
- "On peut aussi se séparer une demi-heure avant d'arriver. On laisse Astatur filer et nous, on repart une demi-heure derrière, genre, on n'arrive pas ensemble..." propose Tirash.
- "On n'est peut-être pas obligés de marquer le pas à ce point là... Astatur, dès que vous êtes entré, vous filez vers vos propres objectifs, c'est ça." répond Fànaviryan.
- "Disons que, dans un premier temps, on va amener le chariot jusqu'à l'auberge." répond Astatur.
- "Et vous pouvez amener les Hobbits avec vous ? Et avec Oërlis, vous faites une sympathique petite compagnie !" indique Fànaviryan.
- "Oui, donc, avec Oërlis, on se débrouille avec les Hobbits. Et vous, de votre côté, si vous mes dites que vous arrivez après, à ce moment-là, vous pouvez aller directement à l'auberge de la Boucle d'oreille de Mithril et dans la soirée, on se retrouve là-bas. Est-ce que l'on fait table commune par la suite ou ça sera dans les chambres que l'on discutera ?" demande Astatur.
- "C'est à vous de voir, c'est vous qui savez. Vous connaissez mieux la ville que nous, vous connaissez vos objectifs mieux que nous. L'idée est que votre mission se déroule bien." répond Tirash.
- "Et votre soirée" ajoute Fànaviryan.
- "Ce que je vous propose, c'est que j'en fasse part à Hrefn. Il sera au courant, je vais un peu lui évoquer qui vous êtes pour qu'éventuellement, il puisse être notre intermédiaire en cas de besoin." répond Astatur.
- "Très bien" répond Tirash.
- "Pour que vous puissiez l'identifier, Hrefn a 16-17 ans, et vous le reconnaîtrez, il est marqué d'une balafre à l'oeil. Si vous voyez un jeune homme tout mignon, avec une vilaine balafre, vous saurez que c'est lui. Sachez bien et vous m'excuserez de vous dire ça, mais mon cher Tirash, vous avez des traits peu communs par ici et quand à vous, ma chère Fànaviryan, vous n'allez pas passer inaperçue. Forcément, lorsque j'évoquerai vos originalités à Hrefn, il pourra rapidement vous identifier. Ca vous va comme ça ?"
- "Vendu !!" répond Tirash.
- "Je vous propose que l'on aille se coucher. On a encore de la route." Astatur se lève en se plaignant du dos. Il se tourne alors vers Selenia en lui faisant un petit signe de la tête puis ajoute en sa direction : "on verra ça demain soir ?"
- "Vendu !!" répond Selenia.
- "Bonne nuit à vous, je vais regagner le dessous de mon chariot. Bonne nuit Fànaviryan" dit Astatur en tapant sur l'épaule de l'Elfe en passant puis en s'adressant à Tirash : "je vais dormir sous mon chariot..." - "Bonne nuit mon cher." lui répond Tirash.

Comme la nuit précédente, les compagnons doublent la garde afin de sécuriser l'intérieur du campement et les extérieurs. Selenia va s'éloigner du camp pour invoquer les esprits de la nature mais elle n'arrive pas à se concentrer et aucune vision ne va se réaliser. Elle va revenir au camp et passer son tour de garde sur le chariot. La nuit se déroule dans le calme, quelques petites pluies viennent troubler le sommeil et la garde.

Le 9 de Norui de l'An 1640

Le lendemain matin, sous un ciel bien nuageux, les compagnons se réveillent tous de bonne humeur, après une bonne nuit de sommeil, courte avec les gardes successives mais ils se lèvent de bonne humeur. Ils installent les trois brigands les plus blessés dans le chariot et les trois autres sont attachés à l'arrière du chariot entourés, au départ, par Tirash et Selenia.

Rapidement, la plaine du Thalion va devenir plus civilisée avec quelques champs cultivés, de plus en plus d'habitations sur le bord de la route. Toutefois, les cultures des terres restent limitées à quelques parcelles. Seuls les abords très proches de Metraith sont exploitées en particulier les abords de la rivière. Les compagnons vont croiser quelques personnes qui vont vers Metraith ou qui est en reviennent mais, au final, assez peu.

Lors de la pause du midi, Fànaviryan et Daëgon vont descendre du chariot et vont laisser leur place à Selenia et Tirash qui va prendre les rennes du chariot.

Les deux chariots vont, toutes les heures, faire une petite pause puis, en fin d'après-midi, lorsqu'au loin, les compagnons peuvent apercevoir la cité, avec, en point culminant, une grande demeure qui domine la cité. Astatur demande au convoi de s'arrêter. Il indique que le bâtiment qui est visible est le Thalion, l'ancienne demeure des rois du Cardolan et précise :
- "Nous allons prendre les devants. On vous laisse un petit temps de pause et on se dit à tout à l'heure !"
- "Ouais" répond Tirash.
- "Parfait !" répond Fànaviryan.

Astatur et Oërlis prennent la route avec les trois Hobbits à bord. Tirash profite de la pause pour s'éloigner des prisonniers et propose à ses compagnons :
- "Pensez-vous qu'il soit nécessaire que l'on planque quelque chose sous le chariot ?" propose Tirash en montrant la planque située dans l'architecture du chariot au niveau des essieux puis indique : "moi, je n'ai pas envie de leur confier ma jolie dague qui vaut la peau du cul !!"
- "Nous, sous la cape, on pourrait mettre l'écu, pour ne pas le déclarer tout de suite." propose Fànaviryan.
- "Bah, l'écu n'est pas une arme." indique Tirash.
- "Non, non mais il faudra que l'on soit face à une personne de loi. On peut utiliser la cape pour mettre l'écu en dessous et quelques autres trucs."
- "Pour moi, l'écu, on a intérêt à le donner à l'entrée." propose Selenia.
- "Le donner, peut-être pas, mais, en tout cas, le montrer, que l'on pourra le ramener." réagit Tirash.
- "En tout cas le signaler." ajuste Selenia.
- "Et puis, ça peut-être un moyen de favoriser un accès à avoir une autorisation de port d'armes." annonce Tirash.
- "Et d'être loyal envers la cité." ajoute Daëgon.
- "C'est ça ! On ramène des prisonniers, on ramène une partie de leur butin, en tout cas ce que l'on estime devoir revenir à son propriétaire. Alors, l'épée, par contre..." réfléchit Tirash.
- "Il va falloir la planquer je pense" réagit Daëgon.
- "Ce n'est pas dit que ça soit une bonne idée de rentrer avec, effectivement si tu veux la garder." indique Tirash.
- "Je ne sais pas trop... C'est une épée de bonne facture avec des gravures sur la lame. Est-ce que la lame appartient à quelqu'un de vivant ou de mort ?" analyse Daëgon.
- "Ou à sa famille... C'est aussi des histoires de famille." indique Tirash.
- "Pour moi, il faut la planquer." relance Daëgon.
- "Pour moi, ça ne craint pas grand chose, elle ne va pas forcément se reconnaître. S'il n'y a pas de blason dessus ou quoi que ce soit..." indique Selenia.
- "Il y a des gravures sur la lame." relance Tirash.
- "Après, je ne sais pas si elle vient de Metraith ou d'autre chose..." confie Daëgon.
- "Pour l'écu, on avait pu déterminer qu'il venait de Metraith." indique Fànaviryan.
- "Et l'épée va avec l'écu." analyse Daëgon.
- "Bien sûr !" répond l'Elfe.
- "Il faut la laisser discrètement, je ne vais pas la porter à Metraith."

Tirash glisse sa dague dans la cache sous le chariot ainsi que ses trois autres compagnons.
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 1931
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac

Re: [AU] Partie du 30 juin 2021 - N°40 - 8 Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Sam 24 Juil 2021 17:30

La carte des aventures :
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 1931
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac

Re: [AU] Partie du 30 juin 2021 - N°40 - 8 Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Sam 24 Juil 2021 17:30

Les PNJ :
Image Image
Image Image
Image Image
Image
Image Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 1931
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac


Retourner vers Terres du Milieu

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron