[AU] Partie du 21 avril 2021 - N°33 - 2 Norui 1640

Campagne dans les Terres du Milieu

[AU] Partie du 21 avril 2021 - N°33 - 2 Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Dim 25 Avr 2021 21:38

Le 2 de Norui de l'An 1640

Selenia pousse la porte de la maison vers 20 heures 30 puis, en s'adressant à ses trois compagnons dit :
- "Ah quel bon repas !! Il y avait du fromage de chez les Hobbits."
- "Ah bé, ça ne gâche rien..." répond Fànaviryan.
- "Alors, as-tu fait bonne chair ma chère ?" demande Tirash.
- "Oui, oui... Et nous avons vu Golasgil également."
- "J'imagine qu'il a essayé de tirer les vers du nez, Astatur, du moins ?"
- "C'est ça, c'est ça. Il voulait savoir ce que l'on avait prévu avec Golasgil. Je lui ai dit ce qui était plus ou moins de notoriété publique, c'est-à-dire que nous allions transporter le blé de Bree pour les Nains. Voilà. Il m'a confirmé qu'il se méfiait lui et d'autres, de plus en plus, de Golasgil."
- "Ah oui ? Et dans quel sens il se méfie ?" questionne Tirash.
- "Oui, qu'est-ce qu'il redoute ?" demande Daëgon.
- "Qu'il fasse des trafics illégaux."
- "D'accord et pour demain ?"
- "Pour demain, rendez-vous devant l'auberge à l'aurore, au lever du soleil."
- "Vous avez décidé de ce que vous vouliez faire du Rakit. Moi, je ne veux pas savoir mais si on part trois semaines, il y en a pour un peu de sous."
- "On pourrait le revendre à Metraith." propose Fànaviryan.
- "Oui, peut-être, on passe pas loin de la rivière ?"
- "Non, il y aura une Vieille Forêt entre nous et la rivière. Et nous, nous n'avons pas bien mangé parce que tu ne nous as pas fait à manger, Selenia !! Il va falloir que tu nous apprennes à réchauffer."

Tirash prend sa pipe et indique sortir pour soulager sa vessie. Fànaviryan prend alors la parole :
- "Moi, je serais d'avis de le revendre à Metraith parce qu'on n'a pas fait le nécessaire pour amener une barrique de bière."
- "Oui, je pense que visiblement le mieux est de s'en débarrasser et du coup, Metraith n'est pas trop loin des rivières, peut-être qu'ils connaissent un peu ça. Oui, je suis assez d'accord. Ça vous va ?" propose Daëgon.
- "Ça nous permettra de rencontrer les bas-fonds de Metraith... ou alors les grandes tables qui peuvent se permettre un usage et un abus de ce genre de substances." indique Fànaviryan.
- "Je le prends, c'est bien ça ?" demande Selenia.
- "Oui, ainsi on pourra le revendre à Metraith, on n'aura plus à gérer ça. Si on le laisse là, il va pourrir et c'est poubelle. Il faut le planquer de Tirash." indique Daëgon.
- "Si les gens connaissent ça." analyse Selenia.
- "Oui, c'est ça, évidemment !!"

Fànaviryan, Daëgon et Tirash regagnent ensuite leur chambre pour dormir. Selenia va sortir quelques minutes et va monter la colline pour s'isoler et retrouver la présence des esprits de la nature. Elle se concentre et obtient des visions de grands paysages, des étendues qui défilent devant elle puis, à la fin de la vision, elle voit une grande lumière blanche qui apparait à ses yeux mais sans être un danger pour la Dunéenne.

Le 3 de Norui de l'An 1640

En se réveillant, Fànaviryan vérifie l'heure. Le soleil n'est pas encore visible à l'horizon. Ses compagnons semblent être endormis. Puis, pour réveiller ses compagnons, elle commence à chantonner :
- "Ah quel jour merveilleux que l'on attendait depuis tant de temps. Ça pourrait nous faire plaisir de voyager, de rencontrer du monde et d'assouvir nos bêtes."

Ce chant va réveiller ses compagnons même si sa voix ne porte pas aussi bien qu'elle l'aurait voulu à cause d'un besoin de consommer du Rakit. Pendant que ses compagnons se réveillent, elle va vérifier dans la réserve fraiche si Selenia a déposé le Rakit à cet endroit puis ne trouvant pas la drogue, elle demande à Selenia lorsqu'elle vient dans le salon :
- "Selenia, tu ne pourrais pas m'en filer quelques grammes pour démarrer la journée."
- "Ah non, c'est un produit pour le soir, ça. Il faut être en forme pour la journée."
- "Si tu le dis" répond l'Elfe résignée.

Elle retourne alors dans sa chambre et se prépare une coiffure de guerrière, prête à affronter les dangers de la nature.

Fànaviryan attelle les deux chevaux en compagnie de Daëgon ainsi que Tirash. Selenia retourne à la maison lorsque les trois compagnons sont en train de préparer le chariot puis, juste avant l'aurore, les quatre compagnons ferment la maison et se dirigent vers l'auberge.

Le soleil n'a pas encore pointé ses rayons du soleil sur le village mais la lune bien pleine est encore haut dans le ciel et apporte une belle luminosité de si bon matin. Comme a pu le prédire Selenia, le ciel est très clair, sans un seul nuage ce qui laisse augurer d'une très belle journée sous le soleil du printemps.

Astatur est devant l'auberge, attendant patiemment devant son chariot. Il a les mains dans le dos attendant l'arrivée de la Compagnie de l'Aurore Ecarlate puis s'exclame en voyant les compagnons arriver :
- "Ah !! Vous êtes là !" et salue par une révérence les quatre compagnons puis continue : "vous allez bien ?"
- "Oui et vous, prêt pour le voyage ?" répond Daëgon.
- "Ouais ! Je suis impatient."
- "Oui, nous aussi !!"
- "Très bien... Bon, écoutez, nous allons pouvoir nous mettre en route."
- "Nous sommes prêts" répond Selenia.
- "Nous avons peut-être deux ou trois trucs à monter dans le chariot avant ?" demande Tirash.

Les quatre compagnons admirent le chariot sophistiqué d'Astatur avec Oërlis à l'avant prêt à diriger les deux chevaux du chariot. Oërlis baisse la tête pour saluer les quatre compagnons. Daëgon et Fànaviryan se mettent devant tandis que Selenia et Tirash à l'arrière du chariot.

Les deux chariots quittent le village de Bree puis se dirigent rapidement sur la route vers le sud sur ce que l'on appelle la Vieille Route du Nord. Pendant un peu plus d'une heure, les compagnons vont suivre le paysage de champs cultivés, le sud du Pays de Bree avant de quitter cette région et entrer dans le Cardolan. La forêt à l'est marque l'entrée dans cette nouvelle région et l'entrée dans la baronnie du Tyrn Gorthad. La route pavée est relativement bien entretenue dans cette plaine, les anciennes routes Nùménoréenes.

En début d'après-midi, les collines du Tyrn Gorthad, les Hauts des Galgals vont commencer à être plus présentes dans le paysage à l'ouest et, à l'est, les collines du Tyrn Hyarmen, les Hauts du sud dans la langue commune. Les Hauts des Galgals sont essentiellement des collines de craie et de calcaires où pousse une herbe très sèche, courte et jaune, un paysage sinistre tandis que sur les pentes des Hauts du Sud, l'herbe est bien verte. Les chevaux vont être mis à rude épreuve, la route commence à monter vers le haut des collines. A plusieurs reprises, il est nécessaire de descendre du chariot pour soutenir l'effort des montures.

Dans l'après-midi, en haut des collines, les Hauts des Galgals se distinguent mieux et, régulièrement, les voyageurs peuvent apercevoir des sépultures, au loin, qui parsèment les collines du Tyrn Gorthad. Les Tyrn Hyarmen n'offrent pas le même paysage et seuls quelques moutons peuvent être aperçus sur les flancs de ces collines profitant de l'herbe abondante. Des fermes isolées doivent, sans doute, s'abriter dans certaines vallées protégées mais elles ne sont pas visibles de la route.

La route va ainsi défiler pendant toute l'après-midi sans incident. Quelques cavaliers passent mais ne s'arrêtent pas. Tirash va venir, de temps en temps, venir prendre la place de Daëgon pour en apprendre un peu plus sur la conduite d'un attelage. Le Dùnedain reste pendant tout le trajet vigilant aux abords des routes, l'arc à portée de main. Fànaviryan est assez attentive aux Hauts des Galgals. Les légendes qui accompagnent ces lieux l'intriguent et l'amène à y prêter une attention particulière.

Régulièrement, les compagnons doivent faire une pause pour permettre aux chevaux de se reposer en particulier Barägouin qui souffre un peu plus que les trois autres montures de la fatigue. Lors de l'une d'elle en milieu d'après-midi, Astatur vient voir les quatre compagnons :
- "Je voulais vous demander pour ce soir. Nous avons la possibilité soit de dormir à la belle étoile ce qui a ses charmes ou sinon on peut faire un petit détour qui devrait nous prendre une petite heure pour rejoindre Minas Malloth. Je ne me m’y arrête pas à chaque fois. Si vous, vous souhaitez vous y arrêter, nous pouvons faire le détour. Après, je ne sais pas si Pellendur est dans son domaine."
- "Il ne vaut mieux pas faire de détour, je constate que Barägouin est assez fatigué" indique Daëgon.
- "Dans ce cas, on reste là alors. En tout cas, on ne fait pas de détour." propose Tirash.
- "Je vous laisse y réfléchir. Nous avons le temps avant de devoir prendre une décision" conclut Astatur.

Sur la route, Fànaviryan exprime son opinion à ses compagnons :
- "Ça peut être agréable de revoir Pellendur mais que Pellendur et Astatur puissent déterminer parce que Pellendur a été très présent."
- "Ce n'est pas parce qu'on va à Minas Malloth que l'on va voir Pellendur. Il est, peut-être, encore à Bree, je ne sais pas trop quand est-ce qu'il est parti de Bree."
- "Un gîte et un logis, ça peut faire une bonne nuit !" indique Fànaviryan.
- "Ce n'est pas parce que l'on va à Minas Malloth que l'on va le voir." reprécise Selenia.
- "Tirash, toi qui sembles avoir eu de bons contacts avec Pellendur, comment tu-vois les choses ?" demande Fànaviryan.
- "Moi ? Je pense qu'il n'y a pas de raison que l'on fasse de détour. Je ne souhaite pas plus que ça faire de détour." répond Tirash.
- "Moi non plus" répond Selenia.
- "Autant que l'on avance."

En discutant les compagnons constatent qu'à un intervalle régulier, des braséros ont été installés sur le bord de la route. Tirash s'adresse alors à l'autre chariot :
- "Qu'est-ce que c'est que ces braséros, Astatur ?"
- "Ah, c'est le seigneur Pellendur qui a fait installer ça depuis les évènements qui se déroulent aux Hauts des Galgals. La nuit, il vaut mieux éclairer..." répond Astatur en pointant du doigt la région à l'ouest.
- "Et du coup, si on passe la nuit dehors, on ne craint rien ou on craint quelque chose ?"
- "Non, non, justement, c'est encore un peu tôt mais passez une certaine heure, vous allez avoir des cavaliers de Minas Malloth qui vont venir activer ces braséros. Ça vous fait peur ?"
- "Moi, je vous fais confiance."

En fin d'après-midi, plusieurs cavaliers vont passer sur la route aux couleurs de la baronnie de Minas Malloth, vert et or. Ils viennent allumer l'ensemble des braséros situés le long de la Vieille Route du Nord.

Une demi-heure avant la halte pour la nuit, un croisement permettait de partir vers l'est en direction de Minas Malloth. Les deux chariots ont poursuivi leur route en direction du sud. Astatur propose de s'arrêter un peu plus tard un endroit où une grotte naturelle s'est formée sous l'une des collines qui borde la route. L'espace n'est pas très profond mais permet de passer la nuit au sec, protégé par cette cavité naturelle et Astatur précise :
- "C'est là que j'ai l'habitude de m'arrêter. S'il pleut, on est à l'abri, on a une belle vue sur les Hauts des Galgals !! De temps en temps, on voit des choses qui bougent par là-bas... Bonne ambiance !!"

Astatur s'installe un coin pour se reposer dans la grotte : une chaise et une paillasse confortable pour se reposer. Pendant ce temps, Oërlis s'occupe du chariot et des deux chevaux. Fànaviryan et Tirash font de même avec leur propre chariot. Selenia se propose de préparer à manger. Oërlis lui marmonne quelques mots l'invitant à se servir dans des sacs situés à l'arrière du chariot où la dunéenne va pouvoir trouver tout ce qu'il faut pour préparer le repas du soir. Daëgon aménage le campement, prépare le feu et l'abri pour les chevaux.

Après le repas, lorsque tout le monde est bien installé, Astatur va demander :
- "Alors comment s'est passée votre première journée ?"
- "Un peu mal au cul mais à part ça..." répond Tirash.
- "Ça va bien" répond Selenia.
- "On a un cheval qui est un peu faiblard, j'ai l'impression. Il faudra, peut-être en trouver un autre soit l'entraîner un peu mieux" indique Daëgon.
- "On va voir parce qu'avec la route, il va être mieux nourri, on va mieux s'occuper de lui que ce qu'il a pu vivre ces dernières années, ça devrait changer, non ? Enfin, je n'y connais pas grand-chose mais..." analyse Tirash.
- "Non mais ça parait judicieux ce que tu dis Tirash. Effectivement, il va falloir qu'il prenne le rythme, un petit peu comme nous tous." précise Fànaviryan.
- "Est-ce que c'est une région que vous connaissiez précédemment ?"
- "Non, je ne suis jamais venu auparavant." répond Daëgon.
- "Moi, je vais de découvertes en découvertes." répond Tirash.
- "C'est bien les découvertes. Si vous le souhaitez, Oërlis pourra prendre le dernier tour de garde." lui répond Astatur.
- "Très bien" répond Daëgon.
- "Moi, je prends le premier." indique Selenia.
- "On va faire comme ça. Et vous, vous en prenez un ou pas ?" répond également Tirash.
- "Moi, je vais me coucher" répond Astatur avec un léger sourire au bord des lèvres.
- "Je veux bien prendre le deuxième" répond Tirash.

Puis Astatur va lancer des discussions assez banales sur le temps en particulier le beau temps en cours. Puis Daëgon demande :
- "Est-ce que l'on va devoir préparer des choses particulières pour la suite de la route ?"
- "Oui, et qu'est-ce qu'il est prévu à Metraith ? On va acheter des... chevaux ?" demande Tirash.
- "Non du vin !!!" répond Fànaviryan.
- "Oui, du vin !" répond Astatur.
- "Et le vrai objectif ?" demande Tirash.
- "Oui, reparlons de cela, il me parait important que vous sachiez bien vers quoi on va. En effet, nous allons à Metraith pour aller négocier du vin. Ça m'arrive régulièrement, en effet, d'aller passer des commandes à Metraith, lieu où en fait, certaines caravanes du Gondor qui viennent jusque-là. Il y a donc quelques entrepôts dans la ville où avec certains marchands, il m'arrive de négocier du vin. Ça, c'est ce qui est officiellement prévu. Maintenant, la version officieuse qu'évidemment, il serait de bon ton de ne pas ébruiter autour de vous. Un certain Vörterix, un dunéen d'après ce que j'ai compris, qui vit à Metraith, aurait des informations sur les commanditaires de l'attaque qui avait été perpétuée, il y a, à présent, deux mois de ce qui m'auraient dérobé les plans des différentes garnisons des troupes de l'Arthedain. J'ai eu ce message à Fornost Erain m'indiquant que cette personne souhaitait me rencontrer. Je n'ai aucune autre information sur cette personne. J'ai chargé un jeune homme que je connais sur Metraith, un jeune homme en qui j'ai une entière confiance de me récupérer des informations mais, depuis quelques jours, il ne m'a pas répondu. J'espère qu'il ne lui est rien arrivé de gênant. On en saura plus en arrivant là-bas."
- "Est-ce que c'est bien que l'on arrive ensemble ou pas ?" demande Tirash.
- "On fait partie de l'alibi" analyse Fànaviryan.
- "Oui mais peut-être pas tous ensemble alors pour que deux d'entre nous puissent avoir des oreilles qui trainent ou je ne sais pas..."
- "Ouais" répondent Daëgon et Fànaviryan.
- "Qu'en pensez-vous Astatur ?" demande Tirash.
- "Hum, hum, pourquoi pas... En effet, ça peut être intéressant. Je vous avoue que je ne sais pas trop encore où est-ce qu'on met les pieds. Il va falloir être vigilant. Je sais qu'à Metraith mais bon vous savez à Fornost Erain, il y en a également, des espions d'Angmar, il y en aura. Mais bon, vous savez, je suis à près certains qu'à Bree, il y en a également mais c'est notoirement connu que Metraith est plus ou moins devenue leur cible prochaine. Ah oui, ce que je ne vous ai pas dit, la ville d'Andrath, on devrait atteindre les faubourgs d'Andrath demain soir. Il y a de cela quasiment un an, la ville a été saccagée et est tombée aux mains des Hommes des collines du Rhudaur. Demain soir, on va, sans doute, éviter de rejoindre Andrath ce qui était mon cas, il n'y a pas si longtemps ; il y a encore deux-trois ans. J'avais une belle auberge avec de jolies jeunes femmes mais bon... c'est une autre histoire. Il va falloir éviter dans la mesure du possible sauf si vous souhaitez réellement y aller mais, en général, ce qui est conseillé, c'est d'éviter les ruines de la ville."
- "Ça n'a pas été réhabilité depuis ?" demande Daëgon.
- "Non, non, depuis, on évite le secteur. On va passer par Andrath qui est sur la route. Régulièrement, sur la route, nous aurons d'autres endroits où d'anciens villages ont existé et n'ont plus d'âmes qui vivent. Normalement, jusqu'à Metraith, nous ne devrions y rencontrer aucun lieu de vie. Tout devrait bien se passer. Ce que je vous propose, la vieille d'arrivée sur Metraith, nous pourrons en reparler et voir réellement comment on gère l'arrivée dans la ville. Tirash, c'est intéressant l'idée d'avoir un groupe observateur, je retiens l'idée. Ce que je vous propose, c'est que l'on puisse y réfléchir. Il nous reste quelques jours avant d'atteindre Metraith, il faudrait que l'on puisse réfléchir justement à notre entrée dans la ville."
- "Sachant que l'on a appris qu'il y avait un péage à régler pour tout chariot, qu'il soit chargé ou vide ou par personne." indique Fànaviryan.
- "Le péage est par chariot et non par personne mais ne vous inquiétez pas, c'est dans mes frais."
- "Et qu'il en reste ainsi..."

Les quatre compagnons vont ensuite s'organiser pour les tours de garde :
  • Selenia débute les gardes,
  • Tirash prend la suite,
  • Daëgon prend le milieu de la nuit,
  • Fànaviryan en fin de nuit,
  • Oërlis finit le tour de garde.
La nuit va se dérouler sans incident particulier. Lors des tours de garde, les voyageurs vont pouvoir admirer les braséros qui illuminent toute la route sur une longue distance apportant une lumière réconfortante. Par contre, les sépultures des anciens rois sont bien visibles. Les pierres des édifices mortuaires s'illuminent avec les rayons de la pleine lune offrant un spectacle macabre aux voyageurs.

Avant de débuter son tour de garde, Selenia s'éloigne du campement, monte de quelques mètres sur la colline, fait appel aux esprits de la nature et commence à entrer en méditation. La dunéenne n'arrive pas à bien se représenter les images qu'elle perçoit, les visions sont troubles, saccadées. Un paysage semble se dessiner mais disparait aussitôt et ne lui permet pas d'avoir une vision claire de l'environnement. Selenia n'est, toutefois, pas rassurée des images aperçues. Elle va demander en réveillant Tirash pour son tour de garde de veiller à maintenir le feu bien alimenté.

Le 4 de Norui de l'An 1640

Le ciel va au cours de la nuit s'assombrir, la lumière de la lune va, dès lors, diminuer au fil de la nuit et lorsque la nouvelle journée s'annonce, le soleil n'est pas au rendez-vous mais surtout des nuages de plus en plus noirs. Lorsque Fànaviryan prend son tour de garde, les Hauts des Galgals se sont éteints avec la disparition des rayons de la lune avec les nuages dans le ciel. A la fin de son tour de garde, elle vient réveiller Oërlis qui est rapidement sur pied. Il prend son arc et va dehors. Il regarde attentivement le ciel et semble assez inquiet de l'amoncellement de nuages.

En reprenant la route, le tonnerre commence à briser le silence de la nature. Pendant une partie de la matinée, le temps va être très orageux. Des éclairs vont s'abattre pendant toute la matinée avec une route qui va parfois être sur des hauteurs avec un vide très proche du bord de la route.

Voyant la foudre se rapprochant, Tirash descend du chariot et se rapproche de Barägouin. L'homme du sud tente de calmer la jument qui prend de plus en plus peur au bruit du tonnerre. Tirash l'encourage également à monter les chemins de colline mais il a du mal à trouver la bonne attitude. L'animal n'est pas rassuré. Daëgon descend alors du chariot et vient se rapprocher de Barägouin au moment où un éclair jaillit du ciel non loin de la route. Les deux chevaux se cabrent. Daëgon n'a pas anticipé le mouvement du cheval et a glissé, s'est retrouvé à terre, entre les pattes du cheval. Fànaviryan a réussi à tourner les roues du chariot pour éviter le Dùnedain qui a réussi à se mettre sur le côté pour ne pas se prendre un coup de sabot et les roues du chariot. De son côté, Oërlis a réussi à bien maîtriser les deux chevaux de son chariot et à maintenir sa route.

L'orage va continuer sa route vers les Tyrn Gorthad mais une pluie de plus en intense va s'abattre sur les collines du Tyrn Hyarmen. Daëgon propose de sortir sa toile de tente et de la déployer autour du chariot. Fànaviryan reste concentrée sur la conduite du chariot pendant que ses trois compagnons installent au-dessus d'eux la toile de tente. Selenia va trouver les bons espaces pour installer la toile, Tirash finissant le travail commencé. Daëgon va suivre les conseils de ses deux camarades et fournir l'effort pour terminer l'installation. Astatur a profité d'une halte pour se réfugier dans son chariot, bien à l'abri de la pluie. Oërlis reste devant, sous la pluie, à diriger son chariot.

Après le repas du midi, la troupe va descendre les collines du Tyrn Hyarmen pour rejoindre la plaine située entre les deux massifs. La plaine est bien gorgée d'eau avec la pluie de la matinée mais la route draine bien la pluie avec son système de dénivelé le milieu de la route est plus haut que les côtés ce qui permet à l'eau de s'écouler. Elle est, par ailleurs, légèrement en hauteur.

En fin de journée, il va y avoir une accalmie. La pluie va cesser. Les compagnons vont pouvoir ainsi enlever la bâche de leur chariot. La plaine va quitter la direction du sud pour se prolonger vers l'ouest. La route continue vers le sud et va ainsi reprendre une montée vers les Hauts du Sud, les Tyrn Hyarmen avec, en haut de ce massif de collines, des bâtiments au loin qui sont les premiers signes de l'ancienne ville d'Andrath. L'ancienne ville surplombe toute la vallée du Tyrn Gorthad. A plusieurs heures de route, les bâtiments sont encore debout et ne laissent pas présager qu'ils sont, à présent, vides.

Lorsque la route commence à s'engager sur la colline, Astatur demande à arrêter les chariots, descend et vient voir les compagnons :
- "On pourrait continuer le chemin, on pourrait avoir une petite heure de route pour monter la colline d'Andrath et arriver aux faubourgs d'Andrath ou on s'arrête là. On perd un peu de temps aujourd'hui si on reste à distance d'Andrath."
- "Vous craignez quoi à Andrath ? Vous n'avez pas l'air de vouloir vous en rapprocher..." demande Daëgon.
- "A priori, les hommes des collines ont quitté les ruines. Comme de nombreux bâtiments sont encore debout, ça peut facilement être un repaire pour des bandits ou des orques en maraude."
- "Une ville déserte ne l'ait jamais vraiment, elle recèle toujours un fond d'obscurité qu'il ne ferait pas bon de se rapprocher..." lance Fànaviryan.
- "En cela, je proposerais bien que l'on reste la nuit ici."
- "En doublant, peut-être la garde si notre feu risque d'attirer une attention ?"
- "C'est justement ça. Est-ce que..."
- "Est-ce que l'on désire se priver de tout confort ?"
- "Oërlis me conseillait de ne pas faire de feu."
- "Oui, ça risque d'attirer l'attention d'autant que l'on voit bien la ville d'ici" analyse Daëgon.
- "C'est ça. A moins que vous proposiez une solution par rapport à cela." confirme Astatur.
- "Pour le fait de s'arrêter avant, je suis plutôt d'accord, je ne sais pas pour les autres ? Après pour faire un feu, on pourrait essayer de le camoufler."
- "On avait essayé avec Tirash de le camoufler et ça n'avait pas forcément bien fonctionné... c'est hasardeux..." indique Fànaviryan.
- "On peut essayer de cacher le feu si vous voulez sinon on peut faire sans." indique Selenia.
- "Oui, on peut manger froid, on a ce qui faut." précise Daëgon.
- "On peut aussi faire un petit feu pour faire la popote et puis l'éteindre après avant la tombée de la nuit. On pourra ainsi manger chaud au moins."

Pendant que Daëgon gère un feu discret en allant, dans un premier temps, trouver du bois sec, Tirash et Fànaviryan s'occupent du chariot et du soin des deux chevaux. Ils détachent les deux chevaux, les brossent et leur donnent à manger. Oërlis fait de même de son côté. Selenia. Daëgon a réussi à gérer un feu discret mais suffisamment fourni pour faire chauffer l'eau pour la préparation culinaire de Selenia et de sécher les vêtements des voyageurs. Il le maintien jusqu'à que le soleil se couche pour éviter d'être repéré.

Lors de son début de tour de garde, Selenia s'éloigne de quelques mètres de la route et va méditer dans la nature. Dans sa vision, Selenia voit des pierres qui lui semblent correspondre à des ruines et elle sent quelque chose menaçant.
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 1894
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac

Re: [AU] Partie du 21 avril 2021 - N°33 - 2 Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Dim 25 Avr 2021 21:38

La carte des aventures :
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 1894
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac

Re: [AU] Partie du 21 avril 2021 - N°33 - 2 Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Dim 25 Avr 2021 21:39

Les PNJ :
Image Image
Image Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 1894
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac


Retourner vers Terres du Milieu

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

cron