[AU] Partie du 14 avril 2021 - N°32 - 2 Norui 1640

Campagne dans les Terres du Milieu

[AU] Partie du 14 avril 2021 - N°32 - 2 Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Dim 25 Avr 2021 11:54

Le 2 de Norui de l'An 1640

Daëgon et Selenia se lèvent aux aurores. La dunéenne propose de passer aux écuries pour rencontrer Belmut mais le palefrenier ne semble pas présent. Ils aperçoivent leurs deux compagnons, Fànaviryan et Tirash endormis dans le foin. Daëgon et Selenia décident de rejoindre Bree et de se rendre directement à l'auberge du Repos du Roi.

En arrivant dans l'établissement, seule la jeune serveuse est présente dans la salle principale. Elle est en train de nettoyer le sol et ne prête pas attention à l'arrivée des deux compagnons. Daëgon prend alors la parole :
- "Est-ce qu'Astatur est ici ?"
- "Oh oui, il est encore dans sa chambre à l'heure actuelle..." dit-elle avec un large sourire à l'évocation du nom du marchand. Elle désigne du doigt le couloir avec les différentes chambres et précise : "la troisième chambre sur la gauche."
- "Merci !"

Selenia vient frapper à la porte, Daëgon à ses côtés. Il se passe alors quelques secondes avant qu'une voix hésitante lance :
- "Oui"
- "Astatur ! C'est Selenia et Daëgon." lui répond Selenia.
- "Ah ! J'arrive... heu... deux petites minutes."
- "On est dans la salle." lui répond Daëgon.

En retournant dans la salle, ils voient alors la tête d'Astatur dépassée de sa porte de chambre, faire un petit signe et dire :
- "Je m'habille et j'arrive !!"
- "Très bien, très bien, on vous attend..." répondent Selenia et Daëgon.

En attendant, Selenia interpelle Solenia, la serveuse de l'auberge et lui demande :
- "Un verre de lait, un bout de pain et un fruit, s'il-vous-plait."
- "Oui, bien sûr, je vais vous chercher ça. Je finis le coin, ici."
- "Merci !"
- "Et vous Monsieur ?"
- "Apportez-moi la même chose que Madame" répond Daëgon.

Solenia va chercher dans la cuisine la commande et revient quelques minutes plus tard au moment où Astatur arrive du couloir en compagnie de deux femmes qui sortent de l'auberge en lui adressant des gestes d'adieu. Puis le marchand vient saluer Daëgon passe ensuite derrière Selenia et vient poser sa main sur l'épaule de la Dunéenne en lui disant :
- "Bien le bonjour Selenia" puis vient s'assoir à côté d'elle. Il semble apaiser, content de lui puis reprend "comment allez-vous ?"
- "Ça va, ça va. La nuit a été courte mais ça va." répond Selenia.
- "Oui, moi aussi. Alors ?"
- "Donc, on vient vous voir par rapport au voyage que vous souhaitiez faire avec nous."
- "Oui. Vous êtes favorables et disponibles pour m'accompagner ?"
- "Oui !"
- "D'accord, très bien. Vous deux uniquement ou..."
- "Non, non, la Compagnie complète sera présente."
- "Très bien ! C'est parfait. Première bonne nouvelle de la journée. Quand est-ce que vous seriez prêts ?"
- "On a juste un petit problème logistique de cheval à régler mais sinon, on devrait être prêt à partir de demain, qu'est-ce que tu en penses Daëgon."
- "Oh oui" répond Daëgon.
- "Pour demain... D'accord, oui..." Astatur réfléchit quelques secondes puis reprend : "d'accord"
- "Vous vouliez partir plus tôt ?" lui demande Selenia.
- Astatur tourne sa tête vers la fenêtre pour évaluer l'heure puis "disons que le soleil est déjà bien levé. Peut-être un peu tard pour partir aujourd'hui. Il faudrait que demain, on puisse partir aux aurores si c'est bon pour vous."
- "D'accord."
- "Bon, est-ce que vous avez pu réfléchir sur les conditions du voyage ? Sur votre rémunération ? Est-ce que c'est des choses qu'on peut d'ores et déjà établir ?"
- "Oui."
- "Bien ! Je vous écoute."
- "Nous allons partir pour combien de temps ?"
- "Hé bien, une semaine pour l'aller, une semaine pour le retour et normalement, deux-trois jours sur place. Vous auriez besoin de temps supplémentaires ?"
- "Peut-être que l'on profitera pour faire un petit peu de négoce sur place."
- "Si vous avez besoin d'un peu plus sur place, on pourra rester un peu plus."
- "Avec mes compagnons, nous sommes partis sur un écu d'or par jour au total."
- "Un écu d'or par jour. Donc 7 et 7 : 14... Est-ce que si on part sur une base de 25 écus d'or, ça vous va ?"
- "Euh... oui, tout à fait."
- "Daëgon, ça vous va comme ça .?"
- "Ouais d'accord." répond Daëgon.
- "Vendu ?" demande Astatur en tendant la main.
- "Très bien" répond Selenia en tendant la sienne.
- "Est-ce que vous avez besoin d'une avance ?"
- "C'est toujours utile. Disons 10 écus d'or d'avance et le reste quand, c'est fini" répond Daëgon.
- "D'accord." répond Astatur puis en montrant les plats, il indique "et ce qu'il y a là, c'est bon, c'est fourni par la maison."
- "C'est bien aimable." répond Daëgon.
- "Sachant que je vais demander à Oërlis, de faire le nécessaire pour préparer la logistique à savoir la nourriture, l'eau pour nous et les chevaux. N'ayez pas d'inquiétudes, il y aura plus ce qu'il faut. Je vais vous chercher l'avance."

Cinq minutes se passent et Astatur revient s'assoir puis, discrètement, passe sous la table, une petite bourse qu'il donne à Selenia. A l'intérieur, Selenia va y trouver 8 écus d'or et 40 pièces d'argent. Après, Astatur reprend la parole :
- "On se dit à demain matin, devant l'auberge au lever du soleil. Est-ce que c'est bon pour vous ou il y avait des choses particulières à voir avant le départ ? Vous venez comment ?"
- "Avec notre chariot" répond Selenia.
- "D'accord."
- "Nous essayons de trouver une seconde monture et tout sera bon" lui répond Daëgon.
- "D'accord. Vous venez à quatre."
- "Quatre, deux chevaux et un chariot."
- "Moi, je serais accompagné de mon second Oërlis."

Selenia et Daëgon se lèvent et vont pour quitter l'auberge. Astatur rejoint Selenia et lui dit en aparté :
- "Mais peut-être que nous pourrions diner ensemble ce soir ?"
- "Avec plaisir" répond Selenia.
- "Très bien. On se dit aux alentours de 19 heures à l'auberge."
- "Entendu."
- "Très bien."
- "Moi seule ou la troupe."
- "En tête à tête."

Pendant ce temps à la ferme des Pied-Bruyère, Tirash se réveille dans l'écurie non loin de Fànaviryan et lui dit aussitôt :
- "Hé bien !! J'aurais bien dormi une heure de plus..." puis l'homme du sud a l'envie de reprendre du Rakit mais il se rend compte qu'il n'est pas dans sa maison à Bree et que le Rakit a été donné à Selenia. Tirash sort alors de l'écurie et se rend à la chambre de Selenia mais celle-ci est vide. Tirash revient à l'écurie et prend conscience de sa dépendance puis va voir l'Elfe et lui dit :
- "Putain, Fana ! Tu sais ce qui vient de m'arriver ?"
- "Non ! Dis ?"
- "Je suis allé voir Selenia dans sa chambre, je voulais du Rakit. Là, j'en ai envie, j'en ai envie... j'en ai envie. Ce n'est pas bon ça."
- "Surtout qu'elle t'a expliqué hier qu'on pouvait vraiment être très très accro. Fais-toi une petite pipe."
- "Ah ! Ça, c'est une bonne idée. Effectivement, tu as raison." Tirash rassemble alors ses affaires, bourre sa pipe et va fumer à l'extérieur de l'écurie. L'envie de Rakit va s'estomper au bout d'une demi-heure, la pipe aura permis d'apaiser ce besoin.
- "On va aller trouver Fràr" propose Fànaviryan à Tirash lorsque l'Elfe a fini de s'habiller et est prête et ajoute "ça fait un moment que je m'occupe de Barägouin et je n'ai pas vu le palefrenier"
- "On peut aller voir si on trouve Fràr et un petit truc à se mettre sous la dent." propose Tirash.
- "Oui, tout à fait !"

En arrivant dans la grande salle, ils rencontrent Effie et Mat assis ainsi que les quatre nains, assis sur une autre table. Tirash, en arrivant, va faire une bise à Effie et serrer la main à Mat. Effie répond à la bise par :
- "Bonjour mon Titi ! Ah bonjour ma grande Fana ! Comment allez-vous ma grande Fana ?" dit-elle en regardant le mollet de l'elfe puis elle ajoute : "ça a l'air d'aller mieux ?"
- "J'y suis presque." répond Fànaviryan en se tenant avec sa béquille.
- "Je m'excuse, je vais devoir y aller. J'ai quelques malades en ce moment. Mat va rester avec vous." répond Effie qui se lève. Son mari semble dans ses pensées et ne prête pas attention aux quatre nains qui mangent de bon matin un gros repas.

En voyant Tirash, Fràr va légèrement baisser la tête en guise de salutation mais ne va pas prêter attention à l'elfe. Les trois autres nains ne vont pas prêter attention aux deux compagnons. Tirash va lui renvoyer un salut modeste. Les quatre nains se mettent alors à discuter dans une langue totalement inconnue de l'homme du sud et l'elfe.

Navilda, la gouvernante de la ferme, entre peu de temps après dans la pièce et s'adresse aux deux compagnons :
- "Bonjour dame Fànaviryan, Monsieur Tirash. Que désirez-vous pour votre petit-déjeuner ? Comme d'habitude ?"
- "Oui" répondent Fànaviryan et Tirash.

Tirash interpelle alors Mat :
- "Hé bien, Mat, vous m'avez l'air bien pensif..."
- "Oui, fatiguez, fatiguez... J'ai veillé tard. Je pensais que vous alliez finir plus tôt que prévu mais j'ai l'impression que vous avez veillé plus tard que moi..."
- "Oh oui !!"
- "Pas trop fatigué de votre côté ?"
- "C'est ce que je disais ce matin en me réveillant, j'aurais bien dormi une heure de plus."
- "Oui, moi également mais bon, arrivé à un certain âge, on se réveille tôt."
- "Et d'ailleurs, est-ce que vous auriez vu Belmut ce matin ? A quelle heure il arrive le matin ?"
- "En général, il est tôt Belmut. Vous devriez passer aux écuries, il devrait y être."
- "On est allé voir et il n'y était pas. Fana a dormi à l'écurie et elle ne l'a pas entendu, elle non plus."
- "Bah, ma très chère... vous auriez dû le dire à Rory, il vous aurait préparer une chambre..."
- "Oh, c'était par simplicité et puis comme ça j'ai pu m'occuper de notre monture." répond Fànaviryan.
- "Et vous très chère, comment allez-vous ?" demande Mat à Fànaviryan.
- "Oh plutôt bien, regardez !!" répond l'elfe qui lance sa jambe par-dessus sa béquille. Mat est réjoui de voir l'elfe faire des acrobaties ce que les nains ne semblent pas apprécier.

Pendant 20 minutes, Fànaviryan et Tirash prennent leur repas. Svior et Ai ont quitté la pièce. Lors de la fin de leur repas, Fràr se tourne vers Tirash et lui dit :
- "Alors, vous avez fait bonne chair ?"
- "Les négociations ont été bonnes hier soir !"
- "Oui, oui, ça a été long mais on a réussi à s'entendre, je crois, c'est ça l'important."
- "J'espère que Golasgil met du sérieux dans votre travail. J'espère que nous pourrons avoir confiance." indique Fràr en regardant fixement et droit dans les yeux Tirash.
- "Vous pouvez. Écoutez, c'est une mission importante pour vous et c'est une mission importante pour nous. Nous allons donc tout faire pour que ça se passe parfaitement, le mieux possible bien sûr." indique Tirash avec une pleine et entière assurance qui ne laisse l'ombre d'aucun doute sur son sérieux ce qui rassure le nain.
- "Avions-nous d'autres choses à voir ensemble ?" demande Fràr en se levant.
- "Oui, on avait parlé d'une avance."
- "Nous avions parlé d'une avance ?"
- "On avait parlé de 15 écus d'or pour être précis."
- "Nous avions parlé de 15 écus d'or... Hum, hum... On avait dit ça..." dit Fràr en se rasseyant puis il se met à réfléchir pendant quelques minutes puis il ajoute : "Oui, c'était peut-être ça. Bien, écoutez, je vais les chercher."
- "Très bien, on vous attend là."

Les deux nains quittent la pièce et, aussitôt, Mat pousse alors un soupir de soulagement et ajoute :
- "Ah !! Enfin. Qu'est-ce que je n'aime pas les gens qui ne sont pas bavard le matin."
- "Ah bah, ils ne sont pas bavards le matin et le soir."
- "Pourtant, ça fait bien une heure que j'essaye d'engager la conversation avec eux. Ils ne m'ont pas sorti un mot..."
- "C'est vrai qu'ils peuvent être austères mais bon, ils peuvent avoir leur intérêt quelque part." répond Fànaviryan.
- "Hé dis-donc, si je m'attendais d'une haut-elfe, je suis surpris" réagit Mat aux propos de Fànaviryan.
- "Vous savez, je partage avec ces messiers une vision sur le temps un petit peu différente de celle que vous pouvez avoir avec Tirash. Et c'est pour ça que j'aime moi en profiter. Je peux vous dire que la nuit dans l'écurie était fort sympathique, c'est pour ça que je préfère être loin quand même, plus près de la nature."
- "Hé bien, ce n'est pas leur cas, ils ont demandé à avoir des chambres bien douillettes, bien comme il faut et je peux vous dire que Navilda a dû s'y reprendre à plusieurs reprises pour que les chambres puissent satisfaire ces messieurs. Ils sont exigeants hein. Je peux vous dire que Rory se met en quatre pour satisfaire ces messieurs. D'ailleurs, je l'ai à peine vue ce matin, il est reparti aussitôt, il avait affaire sur Bree, le pauvre jeune homme est bien pris."
- "Et il s'est couché fort tard."
- "Ah bon ? Ah le pauvre homme..."
- "Ça, c'est la charge d'un maire et d'un homme."
- "Oui, mais aussi, j'ai connu ça durant ma jeunesse."
- "Et c'est vrai que ce qui est bien, c'est que Rory puisse être aidé de Navilda, ça l'allège pour la maison."
- "Oui, tout à fait, elle est bien mignonne." dit Mat avec un petit sourire coquin puis il se lève et indique : "je vais devoir vous laisser. Bien le bonjour et bonne journée."
- "Merci Mat" répond Tirash.
- "Et de même" répond Fànaviryan.

Dix minutes plus tard, Fràr revient dans le salon avec Ekrin et Golasgil qui semble bien guilleret. Le marchand de Lézeau s'approche des deux compagnons en faisant de grands gestes :
- "Ah mais vous êtes là !! Mes amis !! Mes amis !! Comment allez-vous ?" lance-t-il en venant s'installer juste à côté de l'elfe. Il est très proche et Fànaviryan peut alors sentir les odeurs de sueurs matinales de Golasgil. L'elfe met alors une botte entre sa chaise et la sienne.

Pendant ce temps, Fràr est venu devant Tirash et a sorti d'une bourse en cuir des pièces et il lui dit :
- "Si vous voulez bien compter…"
- Tirash se met à compter les 15 écus d'or et il dit : "Merci !"
- "C'était ce qui était convenu."
- "C'était ce qui était convenu, oui ! Concernant le reste, de l'avance, il était convenu que vous nous la fassiez parvenir dans les semaines à venir. On a réussi en discutant un peu avec Maître Golasgil à se mettre d'accord. Je pense qu'il vous expliquera pourquoi ça l'intéresse, je ne sais pas trop mais vous n'aurez pas à gérer ça. Çà sera plus simple pour vous." précise Tirash en faisant un clin d'œil à Golasgil.
- "Par Aulë, nous cédons notre créance à Maître Golasgil, cela pourra vous mettre plus facilement en commerce pour un plus grand volume."

Lors de cet échange entre Tirash et Fràr, Golasgil a tenté de mettre sa main sur la cuisse de l'Elfe mais celle-ci a répondu par un geste vif. Le marchand a percuté la table, surpris par la réaction de Fànaviryan et se fait mal au doigt. Il éloigne sa chaise en grimaçant pendant plusieurs minutes puis il répond :
- "Oui, maître Fràr, nous, nous allons nous entretenir."

Fràr vient alors s'installer en face de Golasgil et Tirash s'adresse au nain :
- "En tout cas, ça va vous faire économiser un trajet Maître Fràr si vous n'avez pas à nous ramener le reste des pièces d'or. C'est un bon gain pour vous, non ?"
- "Alors, pour l'instant, rien n'est fait Monsieur. J'attends de bien comprendre ce que vous avez négocié avec Monsieur Golasgil et je déciderais après de tout cela. Pour l'instant, tout me parait un peu obscur et un peu précipité."
- "Oui, je comprends."
- "Nous allons négocier tout cela."
- "Nous allons vous laisser sur ce gagnant-gagnant." déclare Fànaviryan.
- "Bien !"
- "Je vous remercie de cette entrée en matière. Je vais pouvoir, à présent, en discuter avec Maître Fràr." répond Golasgil en s'adressant à Tirash.
- "Bonne journée à vous." répond Tirash pendant Fànaviryan fait un geste de salutation.

Fànaviryan et Tirash retournent aux écuries où Belmut est présent et en voyant les deux compagnons arriver s'adresse à eux :
- "Ah, je vous cherchais justement !"
- "Ah très bien. On vous cherchait aussi !" répond Tirash. - "Ah bah très bien. C'est parfait ça. Je vous ai trouvé deux bêtes."
- "Ah bah, c'est bien ça !"
- "On peut les voir ?" demande Fànaviryan.
- "Ah bah, je ne les ai pas ! Je ne les ai pas achetés."
- "Ah dites-nous."
- "Si vous voulez des bêtes, je peux vous en trouver. Après, il y en une qui est vraiment une très bonne bête pour votre bestiole."
- "Oui, vous disiez qu'il fallait une compagne de caractère qui puisse la stimuler un petit peu."
- "Et ben, bien sûr ma p'tite dame ! Je suis tout à fait d'accord avec vous. Et si c'est en plus ce que je vous ai dit, c'est tout à fait ça. Par contre, c'est du beau cheval. Je pense qu'Imir va vous la vendre un peu plus cher, vous ne l'aurez pas comme ça."
- "C'est-à-dire combien ?" demande Tirash.
- "De ce qu'il m'a dit, ça serait pas loin de 80 voire même un peu plus..."
- "Ah ouais !! Après, il faut voir la bête."
- "On est bien en pièces d'argent ?" demande Tirash.
- "Oui, oui !! Évidemment !"
- "Et vous qui êtes un expert, ça vous semble honnête ou... ?"
- "Ah bah, c'est une belle bête. Après si vous voulez moins cher, j'ai trouvé un autre cheval de trait tout à fait convenable mais il n'a pas le même caractère. A mon avis, pour votre cheval, il lui faut une bête qui y va ! Et celui que je vous ai trouvé, j'ai bien dit à Imir que rien n'était fait mais il me les réserve pour aujourd'hui."
- "D'accord et l'autre, ça serait combien ?"
- "Dans les 60..."
- "D'accord."
- "On devrait pouvoir descendre un petit peu... mais pas beaucoup, beaucoup. Que l'autre, ça sera 80 minimum. Si vous présentez bien, qu'il voit que la bête, vous allez bien vous en occuper, peut-être que ça ira jusqu'à 80 sinon, ça peut monter plus."
- "Mais il veut la vendre ?"
- "Bah... il serait prêt à la vendre mais il y tient quand même. Par rapport au prix du marché, c'est sûr que c'est 80."
- "Et celle-là, elle se monterait ?" demande Fànaviryan.
- "Ah... Heu... oui, ça peut. Après, vous n'allez pas faire du gros galop avec..."
- "Non mais un bon trot quoi."
- "Ouais, mais vous aurez là un étalon bien massif."
- "Et il vous arrive parfois d'atteler par trois avec une centrale et deux latérales."
- "Ici non. Après, vous savez dans les champs..."
- "Un suffit."
- "Ouais"
- "Mais vous croyez qu'avec ce type d'attelage, on pourrait aller à une bonne cadence sur route ?"
- "Quand vous dites un bon attelage, c'est-à-dire ?"
- "En les mettant par trois."
- "En les mettant par trois... Bah oui ! C'est sûr que ça serait encore mieux. Alors, qu'est-ce que vous en dites ?"
- "Et bien, on peut, peut-être, allez le voir..." réfléchit Tirash.
- "Au plus vite" répond Fànaviryan.
- "Il est où ce gars-là ?" demande Tirash.
- "C'est de l'autre côté de Bree, à Staddle, il faut compter une demi-heure de marche."
- "C'est parfait, on va pouvoir passer voir nos comparses pour leur demander ce qu'ils en pensent et puis ensuite, on file là-bas."
- "Vous voulez y aller maintenant ?"
- "Si on peut passer par Bree, avant pour voir nos comparses, ça serait bien."
- "Oui, ça parait bien."
- "Et vous viendriez avec nous pour voir Imir ?"
- "Ah bah oui, Imir, il faut le connaître. Il ne vend pas des bêtes comme ça. Il ne va pas vendre son cheval facilement. Il me fait confiance, il me connait bien. Il sait que je travaille pour Maître Rory."
- "Et l'autre cheval, il est chez Imir aussi ?"
- "Non, il est chez l'un de ses cousins qui est éleveur de chevaux aussi et qui habite aussi sur Staddle."
- "Ah bah, ça va, c'est bien. On fait comme ça. On file sur Bree, on voit Selenia et Daëgon et on file à Staddle."
- "Très bien !"

Fànaviryan attelle Barägouin sur la charrette et amène la jument avec elle pour quitter la ferme des Pied-Bruyère. Ils ont à peine franchi les portes de la ferme qu'ils croisent Daëgon et Selenia qui reviennent de Bree. Tirash s'exclame alors :
- "Ah bah, vous tombez à pic !"
- "Oui, en effet..." lui répond Daëgon.
- "Belmut nous a proposé d'aller à Staddle pour voir des chevaux."
- "Ouais, c'est ça !" répond Belmut.
- "Ah bah d'accord" répond Daëgon.
- "On y va tous ensemble ?" demande Tirash.
- "Oui tant qu'à choisir des chevaux pour qu'on soit bien d'accord."

En chemin, Tirash va expliquer les deux propositions de Belmut qui n'hésite pas à ajouter les détails manquants en particulier les détails techniques sur les conditions des chevaux. La marche va prendre un peu plus d'une demi-heure pour rejoindre Staddle et l'élevage d'Imir Boisfougère. Sur le chemin, Fànaviryan dirige sa monture à l'arrière en chantonnant. Selenia va évoquer un départ de Bree pour demain avec Astatur sans, toutefois, entrer dans les détails. Selenia explique alors :
- "Astatur souhaite partir au plus tôt mais nous ne lui avions pas donné de réponse."
- "Oui, nous étions un peu coincé et les affaires se sont conclues cette nuit." répond Fànaviryan.
- "Tout s'est passé comme prévu avec Fràr" indique Tirash. - "Entendu" répond Selenia.
- "Et qu'est-ce que vous pensez des sommes proposées pour les deux chevaux : 3 écus d'or pour un cheval un peu moins bien ou 4 écus d'or pour le cheval qui selon Belmut sera vraiment adapté ?"
- "Il faut voir la qualité des chevaux." indique Fànaviryan.
- "Et alors toi Daëgon, tu en penses quoi ?"
- "Je suis d'avis d'écouter les conseils de notre ami qui dit que c'est le meilleur cheval pour aller avec Barägouin surtout." analyse Daëgon.
- "Et puis si on s'en occupe bien, de toute façon, on pourra toujours le revendre. Je ne pense pas que ça soit une vieille carne. Il ne doit pas être très vieux. On va voir ça. On est d'accord, à priori, sur la somme de 80."
- "Oui, je pense que c'est bien, enfin, si tout le monde est d'accord, c'est bon pour moi."
- "Il faut voir si là-bas, on ne peut pas leur apporter quelque chose. On arrive déjà avec notre prestance, notre prestige." indique Fànaviryan.

En arrivant à la ferme, plusieurs chevaux sont présents dans des champs. Imir vient aussitôt saluer Belmut et les deux hommes, qui semblent bien se connaître, commencent à discuter entre eux dans un patois local relativement incompréhensible pour les quatre compagnons. Rapidement, Belmut évoque le projet d'achat d'un cheval et une discussion s'engage entre les deux hommes sans que les autres puissent vraiment intervenir. Puis Belmut se retourne vers les compagnons et leur demande :
- "Et vous partez pour combien de temps ?"
- "Trois semaines" répond Tirash.
- "Tu vois, tu vois ! C'est celui-là qu'il leur faut !! C'est celui-là ! C'est celui-là !! Vous y allez... c'est... heu, c'est pourquoi ?"
- "C'est pour faire quelques affaires à Metraith. On a des choses à acheter que l'on ne trouvera pas ici."
- "D'accord. Des affaires, rien de louche ?"
- "Ah non, bah non, non, non, de l'équipement surtout."
- "Des protections et puis des barres de métal." indique Fànaviryan.
- "D'accord. Tu vois, il leur faut qui tient la route. Vous allez mettre des choses lourdes dans votre chariot ? Des barres de métal, c'est lourd ça..."
- "Le retour sera bien chargé !"
- "On ne va peut-être pas tout prendre d'un coup par contre." répond Selenia.
- "Alors, montre-nous ta bête, Imir !"

Imir amène les quatre compagnons et Belmut à travers champ, croisant plusieurs chevaux. Puis, en arrivant à l'entrée d'un champ, un bel étalon, à priori, assez jeune bien plus massif que Barägouin et Imir indique :
- "C'est celui-là !"
- "Et comment il s'appelle ?" demande Tirash.
- "Ah bah, je ne lui ai pas donné de nom... Je ne donne pas de nom à mes chevaux" indique Imir.
- "C'est une belle bête" répond Tirash en regardant le beau cheval de trait.
- "Oui, c'est une belle bête, j'en ai pas vu des comme ça depuis bien longtemps. Au moins sept hivers."

Les quatre compagnons viennent autour du cheval, le regardent, l'observent. Fànaviryan estime l'animal en pleine forme et est assez satisfaite de la monture ce que confirme Selenia qui a déjà eu l'occasion de voir ce type de cheval à Tharbad et avait une très bonne réputation. L'elfe a rarement eu l'occasion de voir un cheval aussi massif. Selenia arrive à approcher du cheval, constate une fougue mais une énergie qui pourrait être canalisée pour l'effort. Fànaviryan estime que Barägouin pourrait être motivée avec le caractère de ce cheval. En voyant l'animal, l'Elfe s'exclame alors :
- "Ce bel Zëbúth, c'est ainsi qu'il s'appelle, la belle bête !! Zëbúth, le bel Zëbúth..."
- "Alors, maintenant que vous l'avez regardé de partout là." demande Imir.
- "Bah... ouais..." répond Tirash.
- "Comment ça ouais ??"
- "Oui, c'est une belle bête, il n'y a pas de doute." indique Tirash en ramassant une touffe d'herbes et la tend au cheval.
- "Alors, vous la prenez ? Vous n'avez pas l'air d'être intéressés ??"
- "Ben si, si, si... 80, c'est ça ?"
- "Moi, je vous dirais plutôt 90 !!"
- "C'est une belle bête, c'est vrai mais... on est du coin maintenant quoi !!"
- "Moi, je ne vous connais pas."
- "Pas encore."
- "Je ne vous vois pas par ici."
- "Ouais, c'est vrai mais vous connaissez bien Belmut et lui nous connait bien."
- "Oui, ça fait quelques mois qu'ils sont dans le coin. C'est des braves gens, ils sont comme ça !!" intervient Belmut.
- "A l'occasion, si vous avez besoin, vous pourrez compter sur nous. On est de la même communauté, on a l'intention de rester par ici."
- "Ouais mais en quoi je peux compter sur vous ?"
- "Eh bien, sur le fait que l'on vous commande deux autres déjà pour bientôt, qu'ils soient à peu près équivalents et qu'ils nous reviennent à moins cher, ça, il faudrait que l'on en discute. Donc celui-là, on pourrait le payer un peu moins du fait que l'on va en acheter deux autres." intervient Fànaviryan.
- "Deux autres ? Pour quand ?"
- "On a dit trois semaines. Ça vous donne trois semaines pour préparer deux autres bêtes."
- "Ou ça peut-être un peu plus que ça, on a le temps" intervient Tirash.
- "On en recommandera peut-être deux autres encore après" répond l'Elfe.
- "C'est vrai qu'il y aura des affaires à faire avec nous."
- "Ah bon ?"
- "Bah oui..."
- "Comment ça ?"
- "Il nous faudra 12 chevaux."
- "12 chevaux !!!"
- "12 chevaux. Alors, on ne les trouvera peut-être pas tous chez vous mais pour dans trois mois."
- "12 chevaux dans trois mois !!"
- "Ouais, c'est pour ça qu'il y a moyen de faire des affaires."
- "Et vous voulez des chevaux de trait ?"
- "Oui, oui" répondent Tirash, Selenia et Fànaviryan.
- "C'est pour faire une longue distance" précise Tirash.
- "Ah, 12 chevaux..."
- "Des solides" indique Fànaviryan.
- Imir commence à réfléchir et indique : "Et vous me les achèteriez combien ?"
- "Ben, le bon prix. Disons que s'il y en a plusieurs, j'espère que vous ferez un petit geste. J'imagine que vous ne devez pas vendre 12 chevaux tous les quatre matins." répond Tirash.
- "Bah non, non, non..."
- "Et puis, il faut que l'on se renseigne sur les tarifs que l'on peut trouver ailleurs aussi parce que l'on ne sait pas nous. Et justement, ça serait bien que vous nous donniez un ordre d'idée comme ça on pourra savoir si on compte sur vous ou pas..."
- "Ouais, bah, je ne peux pas vous dire ça aujourd'hui, hein."
- "Non, bien sûr."
- "12 chevaux, ça se fait pas comme ça."
- "Bon, déjà, pour une commande de deux et donc faire baisser le prix de celui-là." répond Fànaviryan.
- "Deux, c'est sûr ma grande dame ?"
- "Oh ben je pense que oui" répond Tirash.
- "Et qu'est-ce que tu en penses pour deux à, par exemple, 50 pièces d'argent qui nous ferait 100 pièces d'argent sûr pour la prochaine fois pour Monsieur. Ça parait raisonnable, qu'est-ce que tu en penses ?" demande Fànaviryan à Tirash.
- "100 pièces d'argent ?" s'exclame Imir.
- "Ben ouais..." dit Fànaviryan.
- "Tu n'auras pas des belles bêtes avec ça. Bon, écoutez, je vais y réfléchir."
- "Et pour celui-là alors ?" demande Tirash.
- "Bon allez, 80 !"
- "Bah, c'est pas mal ça" réagit Daëgon.
- "Allez vendu" répond Tirash.
- "Je ne peux pas descendre moins" indique Imir.
- "Et comme ça, à l'emporte-pièce, combien de chevaux vous pourriez avoir d'ici trois mois ? Parce qu'il faut que l'on se prépare, nous... Il faut que l'on ait une petite idée. Six ?"
- "Vous en voulez 12, c'est ça ?"
- "Si vous garantissez au moins 6" indique Fànaviryan.
- "Au total, il nous en faudra 12 mais ça dépend des affaires." indique Tirash.
- "Je peux vous en trouver 12 !"
- "Vous pouvez faire ça ?" demande Daëgon.
- "Ouais ! Ouais, ouais..."
- "Vous vous engagez ?"
- "Bah bien sûr que je m'engage mon garçon."
- "On se redit ça dans trois semaines comme ça vous avez le temps de réfléchir, d'être sûr..." propose Tirash.
- "Non mais je suis sûr. Vous voulez 12 chevaux dans trois mois ?"
- "On veut 12 chevaux dans trois mois à un bon prix." précise Tirash.
- "A un prix honnête" ajoute Daëgon.
- "D'accord, dans trois semaines, on rediscute du prix."
- "Vendu" répond Selenia.
- "Trois semaines, un mois. On ne sait pas exactement quand on va revenir mais dans ces eaux-là." explique Tirash.
- "Trois semaines, ça devrait être bon" indique Selenia.
- "Pas sûr parce qu'il faut que l'on aille à Lézeau."
- "Pour le Mitan ?" propose Imir.
- "Le Mitan ? Oui, c'est parfait pour le Mitan !"
- "D'accord, bon ben, c'est noté." dit Imir en se tournant vers Belmut tout content puis il demande : "Et vous partez quand ?"
- "Demain" répondent Tirash et Selenia.
- "Ah oui !! Vous pouvez repasser en fin de journée que je vous prépare le cheval et montrez-moi un peu vos sous !"

Tirash se met dos à Imir, fouille dans sa bourse et sort 4 écus d'or qu'il tend à Imir qui s'exclame :
- "Oh mais c'est de l'écu d'or que vous me sortez là !!" dit Imir en regardant les pièces et ajoute : "Oh, mais ce n'est pas d'ici..."
- "Ah non mais c'est de l'or"
- "C'est bon pour moi" dit Imir en mettant les 4 écus d'or dans sa poche.
- "Quatre belles étoiles pour une belle Zëbúth" lance Fànaviryan.

Les quatre compagnons regagnent après cette négociation Bree en compagnie de Belmut qui regagne ensuite la ferme des Pied-Bruyère tout en indiquant :
- "Bon, c'est pas tout ça. J'ai pris du temps pour vous mais là, le Rory, il m'attend."

Fànaviryan tend alors deux pièces d'argent au palefrenier surpris par ce geste. Il baisse respectueusement devant l'elfe puis ajoute :
- "Merci bin ! Il ne fallait pas ma grande dame..."
- "C'est pour vous êtes aussi bien occupé de Barägouin et de l'avoir mis en forme que de nous avoir transmis et fait faire connaissance."
- "Je vous ramènerai de l'avoine et tout ce qu'il faut pour la route."
- "Ah, c'est gentil, ça" répond Tirash.
- "Barägouin, elle aime bien l'avoine bien fraiche !! Elle en raffole !!"
- "Sinon, est-ce que vous connaissez des charrons dans le village ?" demande Selenia.
- "Oui, allez voir Riguitt Ronse. Il travaille sur les hauteurs. Dites-lui que vous venez de la part de Belmut."
- "Entendu."
- "C'est un bon charron en ville qui pourrait répondre à vos besoins."
- "Merci"

Puis les quatre compagnons rejoignent leur maison, accompagnés de Barägouin et de leur chariot. Sur place, ils s'installent dans leur salon et font un point sur leur départ. Selenia prend alors la parole :
- "Il faudrait que l'on aille prendre quelques provisions pour le voyage."
- "Tu nous a pas dit qu'Astatur s'en chargeait ?" demande Tirash.
- "Oui, en effet. Après, il faudrait aller voir le charron conseillé par Belmut."
- "Oui pour voir s'il peut lancer les commandes avant de partir" indique Fànaviryan.
- "Et avant de partir, c'est aujourd'hui."
- "Au moins les chariots et les chevaux, oui, c'est vrai que c'est bien !" analyse Tirash.
- "Dis, Selenia, tu pourrais me préparer cette boisson dont tu nous as parlé hier ? Parce que ce matin, j'ai eu une furieuse envie de Rakit."
- "Je vais en prendre aussi par prévention" indique Daëgon.
- "D'accord, je m'occupe de ça. Vous, vous allez voir pour des chariots, voir s'il peut déjà en fabriquer un d'ici notre retour et voir combien il pourrait en fabriquer d'ici trois mois et sachant qu'il faudrait en blinder un s'il est capable de faire ça. Et, autre chose, les chevaux, on va en faire quoi ?"
- "Les 12 ? On va en prendre livraison juste avant." annonce Tirash.
- "D'accord. Est-ce que l'on ne va pas voir un charpentier pour lui demander s'il peut nous faire un abri accolé à la maison pendant notre voyage."
- "C'est une super bonne idée ça !!" indique Fànaviryan.
- "Ouais, ça va nous coûter bonbon, cette histoire !!" lance Daëgon.
- "C'est le début du hangar" précise Fànaviryan.
- "Il y a la petite maison en-dessous, je ne sais pas s'il n'y a pas moyen d'y mettre les chevaux ??" propose Tirash.
- "Oui, on va annexer des dépendances, ça sera plus simple." confirme Daëgon.

Daëgon et Tirash se reposent à la maison en début d'après-midi en attendant l'infusion de Selenia qui va passer du temps, quasiment une heure et demi, pour préparer les plantes : les couper finement, les broyer, les laisser reposer puis en faire une pâte qu'il a fallu chauffer sans noircir les bords puis ensuite la faire dissoudre dans de l'eau chaude et bien mélanger pour que la pâte disparaisse complètement. Toutes ces étapes ont demandé du temps surtout que Selenia n'avait pas eu l'occasion d'en faire par elle-même. Elle verse ce qu'il faut pour que Daëgon et Tirash puissent en boire sans forcément en ressentir les effets aussitôt. Selenia reprend, ensuite, les herbes qui lui restent pour refaire une nouvelle préparation mais au moment de chauffer la préparation, la température était trop forte et la pâte a complètement noirci. La dunéenne décide de partir vers le bois de Chet pour aller ramasser de nouvelles plantes.

Daëgon et Tirash, après avoir bu leur infusion, vont voir Riguitt Rose en indiquant venir de la part de Belmut. Les deux hommes semblent bien se connaître. Riguitt est régulièrement appelé à la ferme des Pied-Bruyère pour réparer les chariots, roues cassées, essieux démontés, etc. Les deux compagnons demandent si Riguitt peut répondre à une commande de six chariots pour une livraison dans trois mois et un charriot livrable dans un mois. Le Dùnedain évoque également le renfort de certains chariots avec des structures métalliques. Cette demande étonne Riguitt. Il réfléchit pendant quelques instants et indique qu'il faudrait qu'ils puissent voir avec le forgeron du village s'il est en capacité ou non de pouvoir répondre à cette commande.

Fànaviryan va, dès le début d'après-midi, voir Bernard Moussu à sa forge. En arrivant sur place, elle commence à tracer au sol le dessin du soleil et des lames à forger. Elle utilise des débris de métaux pour illustrer son plan qui apparait parfaitement au sol. Le forgeron est intrigué et intéressé par cette commande. L'elfe précise qu'il s'agit d'un travail qu'il peut engager sur son temps libre et qu'ils partent actuellement pour trois semaines. Elle fait alors parler son charme naturel, prend le temps d'évoquer sa passion pour les enseignes, le valorisant, le défi qu'il pourrait relever. Fànaviryan joue parfaitement de tous ses talents pour séduire Bernard et l'arriver à le motiver à engager le travail. Dès l'après-midi, il reprend le dessin de Fànaviryan et commence à travailler dessus tout en demandant à l'Elfe de le guider sur les premiers temps pour répondre parfaitement à son projet.

En fin de journée, Tirash va prendre quelques petites planches, les découper pour avoir une boite de 25 sur 15 cm qu'il va fixer sous le chariot en essayant de faire en sorte que la boite soit la plus discrète possible, se mêlant parfaitement à l'architecture du chariot pour y déposer des objets en cas de besoin. Tirash va prendre deux heures pour réaliser cette cache sous le chariot.

Pendant ce temps, Daëgon retourne à Staddle et va récupérer auprès d'Imir leur nouveau cheval, Zëbúth qu'il ramène à Bree.

Vers 18 heures 30, les quatre compagnons ont fini leurs tâches respectives et se retrouvent à la maison. Selenia indique alors :
- "Je ne mange pas avec vous. Je vais à l'auberge avec Astatur."
- "Ah, tu ne manges pas avec nous ?" questionne Tirash.
- "Non, je dois manger avec Astatur et donc je pense qu'il va me parler de Golasgil et de notre voyage."
- "Oui, il veut des informations, tu crois ?"
- "Je pense."
- "Tu fais en sorte pour qu'on ne soit pas pris pour des trafiquants..." précise Fànaviryan.
- "Nous ne sommes pas des trafiquants ! A l'allée, nous ne sommes pas des trafiquants. Ben écoute, est-ce qu'il faut vraiment lui parler, qu'est-ce qui faut lui dire ? Le fait que l'on transporte du blé, ce n'est pas un secret. Tout le village va le savoir de toute façon..." indique Tirash.
- "Oui, je pense" confirme Selenia.
- "Il y a des chances" confirme également Daëgon.
- "Donc peut-être qu'il faut rester là-dessus. De toute façon..." lance Tirash.
- "Il voudra, peut-être, avoir des détails, je pense que le détail se sera que l'on passera par Bree. Pour le reste." réfléchit Selenia.
- "Pour le reste, nous n'avons pas encore décidé."
- "Je dis que l'on ne sait pas..."
- "On sait juste que l'on va transporter du blé jusqu'aux nains et puis que l'on n'a pas encore tous les détails quoi !"
- "D'accord."
- "Mais pourquoi ça l'intéresse, en fait ?"
- "Je pense que c'est par rapport aux soupçons qu'il a sur Golasgil. Voilà, c'était pour vous dire ça..."
- "Bonne soirée" lance Daëgon à l'intention de Selenia.
- "Sinon, vous allez dire que j'en parle beaucoup mais on fait quoi du Rakit. Idéalement, je ne veux pas le savoir mais, à la limite, je veux bien vous laisser en discuter sans moi."
- "Si on veut s'en débarrasser, le mieux serait quand même de le vendre" indique Daëgon.
- "Ben oui. Ça sera plus facile à Metraith mais moi, il ne faut pas que je puisse mettre la main dessus d'ici là à moins que la tisane m'ait fait du bien mais..."
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 1894
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac

Re: [AU] Partie du 14 avril 2021 - N°32 - 2 Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Dim 25 Avr 2021 11:55

La carte des aventures :
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 1894
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac

Re: [AU] Partie du 14 avril 2021 - N°32 - 2 Norui 1640

Messagepar Rico the Hobbit » Dim 25 Avr 2021 11:55

Les PNJ :
Image Image
Image Image
Image Image
Image Image
Image Image
Image Image
Image Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Rico the Hobbit
Gérant du forum
 
Messages: 1894
Inscription: Mar 18 Nov 2003 00:33
Localisation: Cul-de-sac


Retourner vers Terres du Milieu

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités

cron